La pique, arme emblématique du républicanisme irlandais

forgerpiquesL’arme favorite des rebelles irlandais de 1798 était la pique. Arme de guerre déjà presqu’obsolète à l’époque, la pique était néanmoins une arme idoine pour les rebelles qui étaient en général peu entraînés. En outre, elle était simple à forger, d’un faible coût et facile à cacher. En 1798, la pique irlandaise ordinaire consistait en un fer de lance en forme de pointe montée sur une hampe de bois, avec parfois un crochet courbé vers l’intérieur sous la base du fer de lance, qu’on appelait Bridal Slasher ou Tammy Hawk. Les piques irlandaises faisaient entre huit et douze pieds de longs, pointe y compris. Les hampes étaient faites en bois de jeune frêne. Bien que les piques ayant cette allure de hallebarde n’aient été faites qu’à petite échelle et utilisées dans quelques comtés pendant la rébellion, elles furent par la suite largement adoptées par les rebelles irlandais au début du XIXè.

Une solide masse d’hommes armés de piques se tenant aux coudes à coudes était une des rares formations capables de rompre ou de repousser une charge de cavalerie. Il y avait en général deux ou trois lignes d’hommes armés de piques, et l’attaque commençait lorsque les combattants de première ligne plaquaient au sol le « cul » des hampes en les maintenant de leur pied droit et en tenant à deux mains le haut de la hampe, inclinant le fer de lance vers le haut au niveau de la poitrine du cheval adverse. Lorsque cette manœuvre était accomplie, le deuxième rang dardait ses piques en direction des cavaliers en mouvement, et le troisième rang cherchait à couper les brides et les rênes de cuir, au moyen du crochet recourbé. Après la rébellion de 1798, nombre de régiments de cavalerie britannique modifièrent leur équipement équestre en y incorporant des chaînes métalliques à côté du cuir, ou parfois en n’y mettant que du métal, afin de contrer de si efficaces pratiques.

Jonah Barrington, ancien officier de l’armée britannique qui écrivait à l’époque des faits, expliquait que la pique était « irrésistible en combat rapproché, même contre l’infanterie ». Et un survivant anonyme de la rébellion disait quant à lui que : « Rien ne valait la pique à faible distance, la cavalerie ne supportait pas la pique, parce que dès qu’un cheval se faisait toucher, il se cabrait, et le cavalier était éjecté de sa selle ou bien était mis dans l’incapacité de se servir de son épée, ce qui fait que nous l’avions à notre merci. »

Source : ici

Cet article, publié dans Révolution, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La pique, arme emblématique du républicanisme irlandais

  1. c'était un petit sapin, pique pique pique dit :

    manuel d’instruction à l’utilisation de la pique irlandaise:

    http://www.luckhardt.com/Basic_Pike_Drill.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s