Alex Maskey (PSF) : un extrémiste de l’imposture

Source  : le blog républicain irlandais 1169 and Counting

Alex Maskey, un député élu de Sinn Féin Provisoire à Stormont, est tellement à l’aise avec sa carrière politique à Stormont et dans son rôle d’administrateur de la loi britannique en Irlande, qu’il semble s’être inventé un nouveau scénario à usage personnel et tente de convaincre ses partisans que lui et eux vivent dans une zone libérée. «La différence fondamentale de la situation avant et après l’accord du vendredi saint, c’est que le gouvernement britannique et l’Etat britannique ne prétendent plus à la souveraineté sur cette partie de l’Irlande. C’est très très important, et c’est un socle de fondation très important» affirme-il.

Et c’est aussi « très très » faux ! Voilà une manière complètement déformée de comprendre la condition politique actuelle des Six Comtés dans son rapport à la volonté de Westminster, qui continue à revendiquer le contrôle juridique sur cette partie de l’Irlande. M. Maskey porte le révisionnisme à son point culminant, exhibant comme un « fait » ce qui n’a aucune ressemblance avec la vérité. Nous pouvons attendre de lui un tweet qui dira que son compte a été hacké et-ou qu’il a été mal cité ou qu’il a confondu la date avec le 1er avril. Mais personne ne s’y trompera.

Source : ici

Cet article, publié dans Nouvelles du front, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Alex Maskey (PSF) : un extrémiste de l’imposture

  1. jean scot érigène dit :

    http://www.legislation.gov.uk/apgb/Geo3/39-40/67/contents

    PHRASE CAPITALE :

    « Changes to legislation. There are currently no known outstanding effects for the Union with Ireland Act 1800 »

    C’est à dire que l’union de l’Irlande du Nord à la Grande-Bretagne, qui donne son nom à l’Etat lui-même : Royaume Uni de Grande Bretagne et d’Irlande, puis d’Irlande du Nord en 1921 – a comme fondement inébranlable l’Union Act de 1800. L’accord de Belfast de 1998 ne l’abolit pas et ne le touche même pas.

    (le Royaume Uni n’a pas de constitution comme telle mais des textes fondamentaux, dont l’Union Act)

    D’ailleurs s’il y a en a un qui ne revendique plus une partie de sa souveraineté, ce n’est pas le UK, mais c’est le gouvernement de Dublin qui a retiré de sa constitution la revendication territoriale des 6 comtés avec l’accord de Belfast en 1998.

  2. Liam dit :

    Pour ceux qui s’interessent a cette question etudier pp.111 et suivantes de :
    http://www.austenmorgan.com/Assets/PDFs/Belfast_Agreement.pdf
    C’est une analyse juridique detaillee.
    Plus reader friendly, plus court et plus a jour voir:
    From Belfast to St Andrews: the constitution of Northern Ireland’, in Brian Barton & Paddy Roche, eds., The Northern Ireland Question, London 2009
    http://www.austenmorgan.com/Assets/PDFs/Articles/BartonAndRoche.pdf
    Un truc halucinant c’est que le gouvernement de Dublin n’avait aucune notion de comment fonctionne le statut consitutionel de l’Irlande du Nord dans le droit britannique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s