Martin Corey est interné à Maghaberry depuis 3 ans, sans accusation ni procès

Le mardi 16 avril 2013, Martin Corey, habitant de Lurgan, aura passé trois ans dans la prison de Maghaberry sans qu’aucune accusation n’ait été portée contre lui. Pendant cette période, la police n’a jamais interrogé Martin au sujet de quelque incident, événement lié à son emprisonnement. Mais qui est Martin Corey ? C’est un homme de 62 ans, qui a passé 19 années de sa vie à Long Kash en tant que prisonnier républicain. Il a été libéré par les autorités pénitentiaires en 1992 et a commencé à se reconstruire une vie. C’est un personnage populaire qui vient d’une famille très respectée et travailleuse de la ville.

martincorey2012Le jour où Martin a reçu un prêt pour s’acheter une pelleteuse mécanique a été un grand jour. Peu après, il a pu passer un contrat avec le service funèbre de la paroisse, pour assurer un service de fossoyeur dans divers cimetières de Lurgan et ses environs. Beaucoup de gens, dont moi, se souviennent du professionnalisme et des marques de considération que Martin montrait lors des deuils des familles. Pendant toute la période où j’ai connu Martin, je n’ai connu de lui que son intérêt pour sa famille, ses amis et sa passion pour la pêche en rivière.

Mais le 16 avril 2010, la police débarqua à son domicile de O’Neill’s Terrace et lui dit qu’elle avait un mandat d’arrêt contre lui. Martin a été amené au commissariat du PSNI [Police Service of Northern Ireland] de Lurgan, puis transféré à la prison de Maghaberry. Il faut dit qu’il avait désobéi aux termes de sa libération conditionnelle. Lorsque son avocat demanda ce que Martin était accusé d’avoir fait, on lui répondit que c’était une affaire prise en charge par la Sécurité Nationale et que les dossiers n’étaient pas accessibles [‘closed file information’].

Pendant ces trois années, son avocat et autres hommes de droit ont mis en question cette détention illégale à de nombreuses reprises, devant la haute cour de justice. Le lundi 9 juillet 2012, un juge de la haute cour, Seamus Tracy, qui a travaillé à la cour européenne des droits de l’homme, a ordonné la libération immédiate de Martin, avançant le fait qu’il y avait atteinte aux droits de l’homme sous l’égide des sections 4 et 5 de la convention européenne sur les droits de l’homme, et qu’il n’y avait aucune accusation portée contre lui et à sa connaissance. Ce jour-là, j’ai attendu quatre heures devant la prison de Maghaberry avec la famille de Martin, jusqu’à ce qu’on nous dise à 16h15 que le secrétaire d’Etat à l’Irlande du Nord d’alors, Owen Patterson, avait refusé l’arrêt du juge et avait bloqué la libération de Martin.

J’étais à 30 mètres de Martin quand je reçus cet appel. Je l’ai vu sortir du panier à salade pour rejoindre le centre de réception, et je l’ai vu remonter dedans pour rejoindre sa cellule. Alors qu’on le faisait remonter dans le van, il s’arrêta, me regarda, et c’est un des moments les plus durs et les plus cruels que j’ai jamais endurés de ma vie.

La loi donne à Martin le droit d’être entendu tous les douze mois par une commission de libération conditionnelle, qui statue sur les raisons de sa détention. On m’y a accepté pour parler au nom de Martin : mais chaque date prévue a été repoussée et annulée, sous divers prétextes. Depuis 18 mois, Martin n’a pas pu bénéficier de cette audience, fait qui est considéré comme illégal par la cour des droits de l’homme à Strasbourg. En ce moment, nous attendons un rendez-vous à la haute cour pour une audience. Martin a connu divers incidents pendant sa détention à Maghaberry. Il a par exemple attendu plus de trois semaines pour un traitement dentaire d’urgence. Il faut savoir qu’un vétérinaire a l’obligation de signaler aux autorités un propriétaire d’animal domestique qui laisse souffrir celui-ci pendant ce laps de temps.

De même, lorsque Martin fit la requête d’une permission pour participer à l’enterrement de son frère, ceci fut refusé par l’autorité pénitentiaire et les tribunaux, sans justification. On ne lui permit finalement de quitter la prison qu’une heure avant le début de la cérémonie, après qu’une requête fut formulée auprès du ministère de la justice, pour des raisons humanitaires. De mon côté, j’ai du faire trois requêtes auprès du médiateur pénitentiaire pour des histoires d’affaires destinées à Martin dans sa cellule. Le médiateur prit ces trois décisions en faveur de Martin, décidant que les affaires lui seraient remises, ce qui le plaça en porte à faux vis-à-vis du Northern Ireland Prison Service qui en avait décidé autrement. Le cas de Martin a été soulevé à la haute cour de Belfast plusieurs fois dans les trois dernières années, sans qu’aucun élément de preuve d’activité criminelle n’ait pu être porté contre lui et constituer une accusation. Si Martin avait été accusé de possession illégale d’arme à feu lors de son arrestation il y a trois ans, il aurait été libéré depuis six mois. Mais on ne trouve aucun nom pour sa détention illégale, si ce n’est celui d’internement sans procès.

MartinCorey3yrsinterned_zps1db8fd06Je suis un ami proche de Martin, et à ce titre en meilleure position qu’eux pour savoir s’il a jamais été impliqué dans quelque activité qui pourrait être considérée comme illégale ou « menaçant la sécurité nationale », phrase souvent utilisée par des individus sans visage et sans nom dans les tribunaux. Je peux affirmer, sans crainte de contradiction que Martin Corey est un homme innocent. Tout le monde doit faire entendre sa voix et exiger du secrétaire d’Etat à l’Irlande du Nord : soit de faire connaître les accusations contre lui, soit de le libérer immédiatement.

Je parle à Martin par téléphone presque tous les jours et je lui rends régulièrement visite dans la prison de Maghaberry : je peux vous assurer que son moral reste au beau fixe, malgré son absence totale de confiance envers le système judiciaire dans le Nord de l’Irlande. Il remercie tous et chacun pour les messages de soutien qu’il reçoit. En ce moment, nous attendons un rendez-vous pour une audience à la cour d’appel de Londres, pour mettre en cause sa détention illégale. Si nous y échouons, nous irons porter l’affaire devant les cours européennes de justice. Nous continuerons de nous manifester auprès de la haute cour de Belfast pour demander à la commission des libérations conditionnelles pourquoi elle n’a pas accordé à Martin le droit d’audience annuel qui est le sien.

Jim McIlmurray, porte-parole de Martin Corey

Demandez à Mme Villiers, la secrétaire d’Etat à l’Irlande du Nord, que Martin Corey soit accusé de quelque chose, ou relâché. Adresse email de Mme Villiers : sos@nio.x.gsi.gov.uk

Cet article, publié dans Prisonniers politiques, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Martin Corey est interné à Maghaberry depuis 3 ans, sans accusation ni procès

  1. peadar dit :

    UN POEME

    I’ll shed no tears for who I am,
    It’s no mans to betray
    so you wont hear remorse or woe
    from my prison cell today,

    And for this stance I served my woe
    back in another time
    in another prison’s yard I walked
    with hopes and dreams of mine

    Should I repent for what was done
    when what was done was right ?
    when we fought wrong and suffered long
    as day rolls in to night

    Apologise or feel regret
    for rising of our knees?
    and giving all our youths in faith
    so others may run free?

    I tried to live as man should live,
    beyond the walls of Gaol,
    but I roared back -of course I did
    when I heard injustice wail,

    but did no wrong to any man
    nor broke no british law
    and yet the British came for me
    and oul comrades never saw?

    3 years i’ve walked this Prison’s yard
    its nothing new no more,
    I walked another prisons yard
    with the same belief before,

    It wasn’t walked for Stormont,
    Civil rights was not the goal
    It was walked for the Republic
    not a viceroys border poll,

    Interned I am by licence,
    an example made of me
    to keep manners on old rebels
    who don’t want to walk with me

    indefinate detention for being who I am,
    ex-combatant, ex long kesh and current unbowed Irish man
    so instead of feigned repentance
    lets refuse to wear their shame
    and proudly work to see me free –
    Martin Corey is my name

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s