CPIR – Des larmes de crocodiles pour les survivantes des laveries Magdalene

Document du Parti Communiste de la République Irlandaise, une nouvelle organisation rouge (maoïsante) et républicaine irlandaise (traditionaliste). 

Lorsque l’on voit un premier ministre du Free State pleurer et demander pardon, on ne peut être sûr que d’une chose, c’est qu’après des décennies de déni, la classe compradore irlandaise n’a pas pu trouver de cachette et a été forcée de reconnaître un nouveau et abominable crime contre l’humanité. Depuis un certain temps, la connaissance des faits concernant les camps de travail esclave du nom de « laveries Magdalene » a fait son chemin dans la conscience publique, par des livres, des films et des documentaires, et par les nobles efforts des survivantes elles-mêmes, qui ont dit à la face du monde qu’elles ne seraient pas enterrées en silence. Bien que le rapport concernant le fonctionnement de ces camps de travail esclave ait été écrit par Martin McAleese, un catholique traditionaliste, nous savons que le Free State compradore et l’Eglise catholique ont collaboré directement pour faire entrer de force des femmes et des filles à partir de douze ans dans un système où régnait l’abus mental et physique et l’exploitation du travail esclave.

residantesmagdalenescortekeufsNombre de ces femmes ont dû passer le reste de leurs vies dans ces cloîtres de terreur, qui ont fonctionné jusqu’en 1996. Tous les survivantes en portent des marques terribles, à vie. Enda Kenny et les médias bourgeois ont bien pris garde de minimiser la nature de classe de ce crime. En réalité, les laveries Magdalene étaient un maillon d’un régime de contrôle de la classe ouvrière par la violence. Il s’agissait, plus précisément, de contrôler par la violence les ventres des femmes de la classe ouvrière, car la classe compradore voulait pouvoir décider de la production des enfants, conformément à ses besoins de force de travail. La classe compradore irlandaise, en bonne capitaliste, a su tourner les situations à son avantage. Le travail esclave de ces femmes gonflait les profits des plus grandes chaînes hôtelières d’Irlande, dont les tâches de buanderie étaient accomplies à bon marché et avec une efficacité toute militaire. Et si l’armée du Free State avait des chemises et des draps propres, c’était grâce au travail détergent de ces jeunes mains féminines.

Les femmes qui osaient s’échapper de ces trous infernaux étaient pourchassées par les Gardaí, comme des esclaves en fuite, et ramenées de force à leurs ravisseurs. Il arrivait qu’on volât les enfants de celles qui étaient enceintes, pour les mettre sur le marché d’enfants aux Etats-Unis. Aujourd’hui, dans le deuxième millénaire du 21è siècle, le Free State a admis son crime. Mais quel étrange criminel il fait ! Au lieu d’être puni par un juge et d’entendre de sa bouche la compensation due aux victimes, le Free State, condamné, dit à ses victimes qu’il va mettre en place un fonds et les invite à lui adresser leurs demandes pour voir ce qu’elles peuvent en obtenir. S’agit-il du nouveau paradigme du crime et du châtiment ? Les criminels vont–ils à présent décider quelles seront les compensations rendues à leurs victimes, au cas où celles-ci les demanderaient?

Si la question de la justice est absente de ce théâtre, ce qu’elle est certainement, alors pourquoi Enda Kenny a-t-il fondu en larmes ? Il s’agissait de créer l’illusion d’un contrat moral entre les dirigeants et les dirigés. « Nous vous avons laissé tomber », a-t-il dit. Autrement dit, vous auriez pu attendre de nous la justice, mais nous ne l’avons pas fait. Mais désormais, nous avons pris conscience de notre erreur, et le contrat entre gouvernants et gouvernés est restauré, à nouveau.

En réalité, il n’y a jamais eu de contrat entre le Free State et le peuple irlandais. L’Etat que le peuple irlandais avait créé a été renversé, par coup d’état, en 1922, et remplacé par deux micro-Etats partitionnistes imposés par les Britanniques. Le micro-Etat du Sud est l’instrument de la bourgeoisie compradore autochtone, de sa richesse et de ses privilèges. Il n’est pas étonnant qu’elle ait trouvé comme alliée cet autre instrument du pouvoir impérialiste, la sainte Eglise catholique. La classe ouvrière irlandaise, qui est la majorité, n’a rien à attendre de ces institutions étrangères et imposées, à part l’esclavage, l’abus et l’exil. Et de ces denrées, elle a été fournie en abondance.

Non, le Free State n’a rien à apporter aux survivantes de Magdalene, si ce n’est de les utiliser et en abuser. Dans leur jeunesse, leur travail a été exploité sans merci. Ces institutions qui ensevelissaient les femmes de leur vivant étaient un murmure de terreur destiné à maintenir les femmes de la classe ouvrière sous le joug. Aujourd’hui, les excuses officielles servent à projeter un simulacre d’unité entre les dominants et les dominés en Irlande, comme cela a eu lieu avec les survivants des Industrial Schools [bagnes pour enfants tenus par des prêtres]. Il s’agit de créer l’image une image de solidarité et de moralité, exactement ce que le Free State avait eu pour mission de détruire en Irlande. Nous savons que tout cela est vrai, et que si Enda Kenny fait tomber des larmes, ce sont des lames de guillottine qui tombent sur les têtes des personnes les plus vulnérables de la société irlandaise, sous la forme du paiement des dettes de jeu contractées par ceux auxquels obéissent Kenny et les siens.

Páirtí Cummanach na Poblachta
Communist Party of the Irish Republic
25iú Feabhra 2013

Source : ici

Cet article, publié dans antifascisme, Déclaration, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour CPIR – Des larmes de crocodiles pour les survivantes des laveries Magdalene

  1. Séb dit :

    deux films à voir pour avoir une idée de ce qu’étaient ces bagnes pour femmes et enfants: The Magdalene Sisters et Song for a Raggy Boy

  2. Séb dit :

    pour ceux qui n’ont pas vu Song For a Raggy boy,
    la première partie est ici: http://rutube.ru/video/5ca12fd41b5b09da668409f5a04a0c3a/
    La seconde là: http://rutube.ru/video/5ca12fd41b5b09da668409f5a04a0c3a/

  3. Séb dit :

    j »oubliais, c’est en VOSTfr!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s