Seamus Deane – Après Derry, 30 janvier 1972

Les éclairs assassinaient
La distance. Dans les maisons innocentes
Les visages s’étrécirent. La membrane
Du pouvoir s’assombrit
Au-dessus de la vallée,
Et dans un flot de kaki
Eclata. Bleus
Comme la pluie, ils arrivèrent,
Tandis que le tonnerre se portait sur les ondes
Pour une autre
Hémorragie de flammes.

Les rues sont mortes, les horloges
Se sont arrêtées. La paix
Avait été une lune de miel
Délicatement souillée, présage
De l’effrayant mariage
A venir. La mort avait été
Une forme de doute.
Maintenant elle allait
Comme un missionnaire
A travers les villes en ruine
Et convertissait tous ceux qu’elle touchait.

Et quand l’orage fut passé
Nous sommes sortis de nos chambres
Souhaitant de pouvoir dire
Que la Ruine elle-même durerait.
Mais les morts ne voulaient pas
Entendre. Et nous ne pouvions parler
D’amour. Nos frères avaient été
Sans pitié. Qui aurait pu mettre en feu
Cette nuit détrempée?
Enterrons les corps.
Vite. La mort est notre avenir.

Et maintenant, elle est notre passé.
Voici de nouveaux enfants
Dans les maisons lugubres.
Leurs yeux ont sauté.
Leur jeunesse s’est éteinte
Comme une lumière. Seuls les insectes
Rampent pour vivre, leurs têtes étranges
Se tortillant. A présent, plus personne
Ne les tue. C’est la lune de miel
Du cafard, la petite éternité
Sans araignée de la mouche.

Quatorze élégies pour l’Irlande, traduction d’Anne Bernard

Cet article, publié dans Arts et lettres, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Seamus Deane – Après Derry, 30 janvier 1972

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s