Constance Markievicz, par Terry Eagleton

source : The Truth about the Irish (1999)

Une des plus grandes figures rebelles irlandaises. Née à Sligo de riches parents, Connie Markievicz a rejoint le mouvement nationaliste à la fin du siècle dernier, devint membre du conseil exécutif de Sinn Féin et écrivit des articles pour le premier journal féminin de l’histoire irlandaise. Elle a également fondé et instruit le mouvement de jeunesse nationaliste, qui était une sorte d’équivalent révolutionnaire des boy scouts. Elle avait l’habitude d’être armée jusqu’aux dents, on l’aurait facilement prise pour la représentante d’une compagnie d’armes de poing. Socialiste convaincue, elle joua un rôle de premier plan dans l’organisation de soupes populaires pour nourrir les affamés de Dublin pendant une grande grève en 1913. Elle s’est en outre mariée à un comte polonais flamboyant et a, à son grand dam, transformé leur logis en une sorte de commune révolutionnaire.

rory o connor, markiewicz, connollyMarkievicz devint Major de l’Irish Citizen Army, dessina la version feminine de leur uniforme et participa activement au Soulèvement de Pâques en 1916. Elle fut condamnée à mort par les Britanniques, une sentence qu’elle accueillit, dit-on, avec délice, mais qui fut commuée, en raison de son sexe, en une peine de prison, sa première détention. En 1918, elle devint ministre du travail du premier gouvernement Sinn Féin (officiellement illégal). Elle empêcha que des documents étatiques de première importance ne tombassent aux mains des Britanniques en les emportant avec elle dans un taxi, pour finir par les déposer derrière la devanture d’une boutique d’antiquités, protégés par le prix exorbitant des articles. Cette boutique se trouvait juste en face du quartier général des Black and Tans, une horde de bandits recrutés par le gouvernement britannique pour briser les Irlandais pendant la guerre d’indépendance. En tant que ministre du travail, elle intervint pour défendre les travailleurs lors de nombreux conflits sociaux, dont un dans une manufacture de chapelets.

Alors qu’elle était emprisonnée dans la prison Holloway de Londres, Markievicz fut élue au parlement britannique, c’était la première femme qu’une femme s’y faisait élire. Mais, en bonne républicaine, elle refusa de siéger. Elle fut emprisonnée une fois de plus, passa en cour martiale pour conspiration, puis partit en cavale pendant la guerre civile qui suivit l’indépendance irlandaise. Elle fut à nouveau emprisonnée, non par les Britanniques cette fois-ci, mais par l’Etat Libre irlandais, qu’elle avait contribué à faire émerger.

Markievicz continua son agitation parmi les plus pauvres de Dublin, prit le temps de diriger une compagnie de théâtre, et mourut en 1927. Le gouvernement irlandais lui refusa une sépulture. Evitée par ses amis de la haute société, frappée plus d’une fois par la police, elle troqua son argent et son bakground huppé pour la cause du républicanisme radical, et aida une classe ouvrière affamée à survivre. C’est l’amour de ces gens, et peu d’autres choses, qu’elle emporta dans sa tombe.

Cet article, publié dans Biographie, Commemoration, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Constance Markievicz, par Terry Eagleton

  1. Liam dit :

    Elle fut recue dans l’Eglise Catholique en 1917 et publia cette annee la une serie de poeme devots. Elle termina dans Fianna Fail.

  2. Monier Alain dit :

    bonjour, une question que j’aimerai pose a LIAM, et dont je ne connais pas vraiment la reponse.
    Les Irlandais du Nord ou du Sud se considerent ils comme » Anglo saxons », tout au moins la vision que l’on en a en general en Europe ; Latin, Alemanique, et Autres dans la mesure ou la langue a determine une maniere de voir le monde, pouvant se traduire par autre chose qu’une difference religieuse. Cordialement Alain Monier.

  3. Liam dit :

    Reponse a Alain Monier: ils se considerent comme Celtes.
    Au 18eme siecle la population d’Irlande etait consideree comme soit de souche « Planter » (descendants des colonisaterus) soit de souche « Gael » (de souche indigene)
    Le republicanisme transcende ces appartenances ethniques grace a son concept de citoyennete.

  4. Monier Alain dit :

    Merci Liam,
    Bien entendu que je partage ton point de vue sur le Republicanisme je l’ai suffisamment exprime, mais mon interrogation portait sur ceux qui ne sont pas vraiment politises, ceux qui vivent leur appartenance comme residant aux Pays et subissant de plein fouet les contraintes . Cordialement et merci Liam. Alain Monier

  5. Liam dit :

    Alain, pour info une etude academique sur l’origine de la population en Irlande depuis 12 000 ans avant JC
    http://www.irishtimes.com/newspaper/weekend/2013/0202/1224329540558.html
    voir aussi sur google ceci
    « Cuttlefish, Cholesterol and Saoirse  »
    une polemique contre l’idee qu’il n’y a pas de population d’origine en Irlande. La discussion passe meme sur l’ADN.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s