Les funérailles de Dolours Price

Cet article, publié dans Commemoration, Vidéos, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les funérailles de Dolours Price

  1. Monier Alain dit :

    Bonjour, je ne connaissais pas Dolours Price et ses actions aupres de l’IRa. J’ai lu ce qu’il en ete de son militantisme. En fait c’est Liam qui m’a emu en s’adressant a son amie disparue. Son combat a ete celui de reconcilier le » Singulier et L’Universel « -ce dont beaucoup juge la connextion impossible- ; a ce titre son souvenir restera dans les memoires Irlandaises. Sa cause, ses valeurs, ne sont pas tombees du ciel, elles lui furent transmises et l’amour de L’Irlande par surcroit .Elle en a pris aussi sa part personnelle ce qui l’a emmene a justifier son engagement par une theorisation plus poussee. Ces choix l’ont entraine dans des actions dures, tres dures ou sa responsabilité a ete engage pour avoir fait couler le sang » d’innocents ». Elle l’a fait en « son ame et conscience ». Elle a ete jugee,punis, a connu a son tour la souffrance et mettant meme en peril sa vie. A ce titre, elle n’a pas paye sa dette envers ceux qu’elle a brise, mais elle a le merite d’etre reste digne . Le seul regret que l’on peut avoir a son encontre c’est de n’avoir pas su « demander pardon ». Elle a estime sa Cause au dela de toutes les contingences humaines. C’est exact L’histoire est taverse par des engagements semblables au prix du sang dont on en tire tire ensuite les bienfaits (les Chretiens savent ce qu’il en est). LA contingence humaine avec, le politque, le social drainents des ruisseaux de sang, des monceaux de cadavres sur lesquels on fonde des civilisations. Tous les jours, le hasard, meurtri
    des innocents, quand ce n’est pas un vouloir de » bonne conscience », qui versent son echo a la mort.. Elle a raisonne ainsi et a juge son jugement fiable.

    Ce qu’il faut dire et la je me refere a son militantisme Republicain, c’est que la responsabilte des consequences de son agir incombait a ceux dont la faillite historique avait ete a contre courant du desir humain le plus tenace , le desir de Liberte et par contre coup d’egalite. Qui faillit au droits des Libertes, sort de l’humanite. Le malheur aussi c’est que des innocents font les frais de la responsabilite de leurs pretendus representants. Ce dilemme a traverse toute l’histoire humaine et il n’est pas pret de s’estomper. Le vrai coupable d’avoir donne la mort est surement l’executeur, et a ce titre justice doit etre faite, mais ou est la responsabilite de l’indifferent, de celui qui ne cesse de fortfier son Ideal du Moi. dans un plus de jouir.

    Pour ma part je regrette et je le redis c’est que Dolours Price n’ai pas envisage le pardon pour ses victimes. Un tel personnage devait se le permettre, meme si le principe de la » liberte  » etait en balance. Il lui a fallu beaucoup de courage dans sa vie pour assumer , a cet effet le combat de la vie et de la mort est ineluctable. Sa vie fut une tragedie. Car ceux qui s’implique ainsi qu’elle le fit
    vive le tragique au quotidient, position infernale dont elle portait les traces dans sa chair et son esprit. Qui peut dire qu’il en serait capable, « Mort ou es ta victoire !!!  » Cordialement alain Monier

  2. Monier Alain dit :

    Bonjour,
    suite a mes commentaires sur Dolours Price, et sur la negation de la negation,j’ai trouve dans le livre de ZIZEK « le plus Sublime des Hysterique » une citation sur l’opposition reelle et la contradiction logique qui peut faire reflechir. je cite :
    « le plaisir et la douleur ne sont pas l’un par rapport a l’autre comme le gain et l’abence’b de gain (+ et -), c’est a dire qu’ils ne sont pas opposes simplement comme contradictoires), mais aussi comme contraires ) Kant)

     » Le plaisir et la douleur sont donc en tant que poles d’une opposition reelle des donnees positives, l’un n’est negatidf que par rapport a l’autre, tandis que le Bien et le Mal sont contradictoires, leur rapport etant de + et de 0, et c’est pourquoi le Mal n’est pas une entite positive, il n’est que le manque, l’absence du Bien. Ce serait une absurdite ue de vouloir saisir le pole negatif d’une contradiction comme quelque chose de positidf, donc « de penser a une espece particuliere d’objets et de les appeler choses negatives – or das Ding (la Chose Kant, Lacan) est dans sa conceptualisation lacanienne, precisement une telle « chose negative », une Chose paradoxale qui n’est que la positivation d’un manque, d’un trou dans l’Autre symbolique. Das Ding en tant que « Mal incarne » est un objet irreductible entre le plaisir et la douleur, autrement dit, un objet au sens strict « non pathologique » – c’est le paradoxe impensable pour le Kant de l’etape « critique », a cause de quoi il est a penser avec Sade »

    Hors contexte bien sur difficile a s’accrocher toutefois cela peut demontrer la difficulté d’aprecier la negation de la negation comme simple constat. En ce qui concerne Dolours Price , il y aurait un exemple similaire entre l’universel et le particulier et saisir » la these lacanienne selon laquelle le Bien n’est que le masque du Mal radical, absolu le masque de l’obsession indecente par das Ding, la Chose affreuse obscene : derriere le Bien, il ya le Mal radical, le Bien Supreme est l’autre nom pour un Mal qui n’a pas un statut « pathologique » particulier. Autant qu’elle nous obsede d’une facon indecente, obscene das Ding nous rend possible de nous arracher, de nous liberer de notre attachement « pathologique » aux objets intra-mondains, particuliers ; » le Bien » n’est qu’une facon de garder la distance envers cette Chose mauvaise, la distance qui la rend supportable » fin de citation. Faire la difference entre le Mal et le Bien, ou plutot les mesurer a leur juste place est loin d’etre evident. A ce titre le jugement sur un « ACTE » semble sortir du cadre
    de ce qui s’enonce clairement en le jugeant a l’aune du jugement Kantien, Chretien etc. Ne croyez pas que tout cela soit facile pour moi , cela me depasse souvent, mais j’arrive par intuition a me reperer. Il est evident que l’on ne sait jamais ce qui veritablement motive un choix, mais il est encore plus dur d’accomplir une action, car une action ne s’efface pas. A ce titre
    l’action primera toujours sur l’idee fut elle un mauvais choix ; car elle est toujours un jalon a partir duquel on peut se situer. L’histoire est grosses de tant d’actions de tout ordre. Hegel semble t’il y voyait la « marche necessaire ». Il n’avait pas tord dans la mesure ou seuls les actes sont plus que parlants »

    Je me permets de dedier ces quelques lignes sur l’action a Dolours Price, en signe du respect qu’elle a merite a faire son choix, le reste, le jugement a y apporter n’est pas rien, ce serait indecent d’y faire abstraction car il y a eu des souffrances derrieres. Mais elle a choisi l’universel contre le particulier. ceux que doivent considerer aujourd’hui ceux de la trempe de Dolours Price, c’est la conciliation des deux. Dure tache, a comprendre d’abord, et ensuite d’agir en consequence..
    Je ne veux nullement etre une bonne fausse conscience, mais peut etre y a t’il de cela, c’est pas evident de s’analyser. Cordialement Alain Monier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s