Deux déclarations antifascistes récentes

La première est un appel à une contre-manifestation : des loyalistes emmenés par Willie Frazer, un fasciste hystériquement anti-irlandais, projettent de manifester à Dublin pour demander l’abaissement du drapeau irlandais dans la capitale du Free State, « en paiement » de l’abaissement de l’Union Jack à Belfast. La deuxième est une déclaration du groupe Irish Republican Solidarity de Darmstadt en Allemagne, qui répond à un certain louvoiement fasciste autour du mouvement de solidarité.

1. Concerned Republicans Against Imperialism and Fascism (11 janvier 2013)

Un certain nombre de républicains, organisés ou non, se sont réunis pour répondre à la manifestation, prévue à Dublin, contre la présence du drapeau irlandais. Bien qu’il soit possible que cette manifestation soit reportée, nous avons décidé de continuer et d’organiser une contre-manifestation.

Les républicains de Dublin souhaitent faire part de leur solidarité aux quartiers de Belfast et aux autres localités du Nord occupé, qui ont été assiégés par ceux qui agitent le drapeau britannique en Irlande. De l’autre côté, les gardaí [flics du Sud], sous le gouvernement des chemises bleues du parti Fine Gael, ont déjà fait savoir qu’ils étaient prêts à accueillir les loyalistes. Le fascisme en Irlande doit être contrecarré, sous toutes ses formes.

Le républicanisme a depuis longtemps arboré son drapeau anti-sectaire, le drapeau tricolore irlandais, qui prend position pour une Irlande des protestants, des catholiques et des dissenters [presbytériens, unitariens, baptistes et autres cultes réformés]. Les républicains ont également dénoncé l’adoption de ce drapeau par les institutions du Free State, qui n’ont cessé de persécuter les républicains et de soutenir la partition sectaire. Les républicains, eux aussi, demandent que le drapeau de la République soit retiré de Leinster House [parlement de Dublin], jusqu’à ce qu’une république digne de ce nom soit finalement victorieuse.

Les républicains n’ont jamais soutenu le régime corrompu de Dublin, de même qu’ils n’ont jamais soutenu  l’Etat sectaire de Stormont. Ce sont les deux faces d’une même pièce. La paix ne prévaudra que lorsque ces deux Etats déformés seront remplacés par une république ouvrière des 32 comtés.

Le drapeau britannique que Frazer veut arborer à Dublin n’a jamais rien apporté à la classe ouvrière dans quelque partie de l’Irlande que ce soit. Il représente le capital anglais et une grande violence a été exercée en son nom. C’est en retirant ce drapeau et tout ce qu’il symbolise, de tous les coins d’Irlande, que les chaînes qui enserrent les catholiques et les protestants seront brisées.

Frazer a déjà cherché à distiller son venin anti-irlandais, sa haine et sa violence, dans les rues de Dublin. Les médias et les gardaí ont alimenté les craintes de réactions violentes à sa provocation. Mais ce sont eux qui semble se réjouir de la violence. Les gardaí ont assuré les loyalistes qu’ils avaient le droit de manifester et que leur protection serait garantie, mais ils ne garantissent rien de tel à ceux qui manifestent contre les fascistes. Il s’agit une nouvelle fois d’une tentative d’intimidation contre le peuple de Dublin, visant à l’écarter des rues pour conforter l’impérialisme britannique.

Les républicains appellent à une manifestation pacifique mais résolue, pour montrer que ceux qui sont assiégés dans le Nord occupé ne sont pas oubliés, pour montrer aux bigots sectaires et aux fascistes qu’ils ne seront pas tolérés dans les coins d’Irlande où on peut les arrêter, et pour montrer aux autorités du Free State qu’il reste des gens à Dublin qui croient au message anti-sectaire du républicanisme.

La contre-manifestation aura lieu devant Leinster House samedi 12 janvier à midi, et une autre contre-manifestation aura lieu si les loyalistes remettent leur manifestation à plus tard. Nous appelons tous ceux qui sont d’accord avec ce qui précède à nous rejoindre et à rester pacifiques, dignes et disciplinés en toute circonstance.

Pas de plate-forme pour les fascistes, No Pasaran ! An Phoblacht Abú!

Source : ici ou

2. Contre toute alliance avec des mouvements de droite (14 janvier 2013)

Depuis plusieurs années, des groupes de droite tentent d’entrer en contact avec les mouvements de solidarité pour les républicains irlandais. Ces groupes justifient leur solidarité avec le combat irlandais au moyen d’un mixte étrange de considérations mythiques « ethniques / gaéliques » d’une part, et d’admiration pour la lutte armée contre les Britanniques d’autre part. Ils s’appuient sur le fait qu’il y a eu des rapport entre les républicains et les forces des Empires Centraux pendant la Première Guerre mondiale, et plus tard, entre l’IRA et des agents du régime nazi. Ces faits historiques sont avérés, mais il n’y a eu ni collaboration soutenue, ni soutien pour l’Allemagne nazie. Un grand nombre de volontaires républicains ont combattu dans les rangs des Brigades Internationales pendant la guerre civile espagnole. Ils ont combattu la Légion Condor nazie, aux côté d’internationalistes allemands.

Le républicanisme historique, et le républicanisme moderne en particulier, n’est ni sectaire [ethno-confessionnel], ni raciste, ni antisémite, ni anti-démocratique. En outre, sa reconnaissance de l’oppression sociale a fait que la lutte républicaine s’est ouverte aux idées émancipatrices partout dans le monde. Les contacts intensifs avec l’ANC pendant les années du régime de l’Apartheid, avec Cuba et avec des guérillas latino-américaines montrent sa connexion et sa proximité avec les mouvements progressistes.

Telle est la réalité, et voilà pourquoi ce combat n’a rien en commun avec les mouvements de droite ou avec les « nationalistes allemands et irlandais ». Le nationalisme des métropoles est différent du nationalisme irlandais, parce que celui-ci a un fondement anti-colonial et correspond à une lutte démocratique. L’aile progressiste du nationalisme irlandais, qui existe dans de nombreux groupes politiques irlandais, et qu’on appelle le républicanisme irlandais, complète ces principes par une perspective strictement anti-impérialiste et socialement radicale. C’est pour cette raison que les les groupes de droite ne peuvent trouver aucun allié dans le mouvement républicain !

Ce mouvement est démocratique et socialiste et cherche l’émancipation et l’intégration de tous, quelque soient les origines, le genre ou l’orientation sexuelle des gens. Idéologiquement, les groupes de droite sont beaucoup plus proches de la faction « blood and honour » des tenants de la ligne unioniste dure, et de leurs associés fascistes du « National Front » et de « Combat 18 » !

Source : ici

Cet article, publié dans antifascisme, Déclaration, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Deux déclarations antifascistes récentes

  1. jmstipe20 dit :

    The Concerned Republicans Against Imperialism and Fascism are a very good initiative and a very welcome developement, particularly since they bring together members and activists from various shades of the political sprectrum such as rnu, rsf and communists.

  2. Liam dit :

    Si je soutiens l’intention de la declaration et la volonte politique derriere, elle contient des affirmations tres discutables du point de vue historique du genre:
    « Ces faits historiques sont avérés, mais il n’y a eu ni collaboration soutenue, ni soutien pour l’Allemagne nazie. Un grand nombre de volontaires républicains ont combattu dans les rangs des Brigades Internationales pendant la guerre civile espagnole. »
    Pour cela voir l’article de Brian Hanley qui donne une vision plus juste et equilibree:
    http://www.historyireland.com/volumes/volume13/issue3/features/?id=113841
    voir aussi
    O’Donoghue, David (2010). The Devil’s Deal: The IRA, Nazi Germany and the Double Life of Jim O’Donovan. Dublin: New Island
    en particulier le document de l’IRA sur « La position des minorites raciales dans le Reich » qui y est reproduit. Une part non negligeable des prisoniers republicains dans le Curragh dans les annees 40 etaient pro-nazi, et meme Dan Breen avait un portrait de Hitler dans son bureau.
    Brian O’Higgins et ceux qui ont legue l’autorite de la Republique en 1938 etaient pro-Franco, et ceux qui sont alles dans les brigades internationales ont ete expulses de l’IRA pour l’avoir fait.
    « Le républicanisme historique, et le républicanisme moderne en particulier, n’est ni sectaire [ethno-confessionnel], ni raciste, ni antisémite, ni anti-démocratique.  »
    Mais la contamination par ces courrants a ete tres reelle.
    « Les contacts intensifs avec l’ANC pendant les années du régime de l’Apartheid, avec Cuba et avec des guérillas latino-américaines montrent sa connexion et sa proximité avec les mouvements progressistes. »
    Il y a aussi des contradictions la-dedans. Par exemple entre 1970 et aujourd’hui il y a eu au moins 3 positions tres differentes sur Cuba.

  3. Liam dit :

    Detail historique interessant dont tres peu connaissent l’existence: les contacts de l’IRA avec les nazis remontent a 1922 ou 1923. Sean McBride les avait approches pour obtenir des armes, mais a cette epoque les nazis voulaient se faire financer par l’Angleterre et ont donc refuse leur aide.
    Ce detail provient des JJ McGarrity papers

  4. peadar dit :

    Liam,
    Pourrais-tu nous dire quelles sont les « 3 positions très différentes sur Cuba »?

  5. jmstipe20 dit :

    indeed, peadar, good question. what postions are you refering to? i would suppose the officials were very pro-cuba, but the provos in the early 70s would have pro-cuba tendencies as well, the people like ruairí and seán ó brádaigh and those involved in the éire nua programme were tending closely towards cuba and the non-alligned states, f.e. yugoslavia, nasser-egypt, etc. and nowadays leading members of rsf go to cuba regularly.

  6. Liam dit :

    The origins of Sinn Féin interest in Cuba – IUPUI

    indiamond6.ulib.iupui.edu:81/cubaninterests.html

    Ou je montre que ca passe d’une position hostile anti-castriste a une position de soutine quasi a-critique. Il y a eu a un autre moment (mais pas documente la) de position semi-critique

  7. Liam dit :

    Il y a des difficutles a regarder le lien alor sje copie et paste
    Gerry Adams’s recent visit to Cuba was portrayed to Sinn Fein’s supporters in the USA as just being nothing more than a matter of thanking Fidel Castro for his support of the 1981 hunger strikers. But the visit nevertheless raised the question of Sinn Fein’s links with the Castroist regime in Cuba.

    Those links have been forged in the context of the Provisionals’ identification since the second half of the 1970s with Third World liberation movements. If in the early 1970s Sinn Fein referred to Tanzania or Scandinavian countries as examples, during the 1980s, it was Cuba and Nicaragua. Until 1975-76, there were very few articles in the Republican press on international issues, but after that, the Provisionals increasingly began to comment on liberation struggles abroad.

    In 1980, An Phoblacht-Republican News ran an interesting series of articles on « Revolutionary Guerilla Warfare ». It was an analysis of the struggles in China, Vietnam, Cuba and Nicaragua « from which Irish Republicans can learn and draw inspiration for our own struggle, whilst, of course, remembering that there is no revolutionary blueprint and each country has its own particular history » (Ciaran Dowd, « China: Without Water; The Fish Will Die » An Phoblacht-Republican News (vol.2 n.6) 9 February 1980, pp.6-7; « Vietnam: Only Strike to Win », An Phoblacht-Republican News (vol.2 n.7) 16 February 1980, p.8; « Cuba: Tear Away the Mask », An Phoblacht-Republican News (vol.2 n.8) 23 February 1980, p.8; « Nicaragua: Prolonged Popular War, Proletarian and Insurrectionist », An Phoblacht-Republican News (vol.2 n.9) 1 March 1980, p.10). Danny Morrison – under the pseudonym of ‘Peter Arnlis’ – finished the series with an article on the struggle in Ireland. (Peter Arnlis, « Revolutionary Guerilla Warfare in Ireland Today », An Phoblacht-Republican News (vol.2 n.20) 17 May 1980, pp.6-7)

    In 1982, Republican Publications published a little booklet called Notes for Revolutionaries. It was an anthology of quotes on various topics (armed struggle, culture, etc.) by revolutionaries from Ireland (like Connolly or Bobby Sands) and abroad (like Fanon, Guevara, Gramsci, Giap, etc). There were bizarrely two editions in less than six months because the first edition did not contain any quotes by Marx. This little booklet was a typical example of the progressive third worldist political views of Sinn Fein during that period.

    If Sinn Fein interest in Cuba date back to the late 1970s, however, during its early anti-communist period, the Provisional movement actually opposed Cuban socialism. Cuba was presented as a typical example of what happens once the Communists take power. « We have seen Cuba, where after the revolution they slaughtered all their opponents, thus having a one-party state. So the people of Cuba changed from one dictator to another – from Batista to Castro. » (« The Red Glow of Republicanism », Republican News (vol.1 n. 8), January-February 1971, p.7) However, by late 1977, the Republican movement had changed to a positive perception of the Cuban revolution. A lot had to do with the great admiration Irish Republicans had for Che Guevara and other Guevarist guerilla groups in Central and Latin America (see for example Juan Sosa, « Guevara -Ten Years Later », Republican News (vol. 7 n.38) 8 October 1977, p.11). But the main person who converted Republicans to the virtues of Cuban socialism was a Latin American academic living at the time in the North and who wrote in Republican News under the pseudonym « Juan Sosa ». In particular, he wrote a three part article (cfr. Juan Sosa, « Cuba Today », Republican News (vol.7 n.44), 12 November 1977, p.10; « Achievements of the Cuban Revolution », Republican News (vol. 7 n.45), 19 November 1977, p.8; « Cuba », Republican News (vol.7 n.46), 26 November 1977, p.8) that really introduced Cuba into the Republican discourse.

    Soon after, the Republican press began to portray the Castroist regime as a « shinning example » to be emulated (Juan Sosa, « The Cuban Revolution 20 Years Later », An Phoblacht-Republican News (vol.1 n.3) 17 February 1979, p.10). However, that did not prevent Republicans from sometimes taking into account some criticisms – those of Regis Debray in particular – of the Castro-Guevarist political strategy (Juan Sosa, « A Critique of Arms », Republican News (vol.7 n.37), 1 October 1977, p.4). By the early 1980s, motions at Sinn Fein Ard Fheis were voted, expressing opposition to the US embargo and solidarity with the Cuban revolution. Sinn Fein members were – and still are – involved in Cuba solidarity campaigns, and did not wait 2002 to send delegations to Cuba (see for example « Ninety Miles from Imperialism », An Phoblacht-Republican News (vol.8 n.4) 23 January 1986, p.10).

    Those kinds of examples could give credibility to the fear of some British conservatives that Sinn Fein intends to transform Ireland into Britain’s Cuba. But Gerry Adams denied as early as 1986 that there is any real basis for Ireland becoming a Cuba on Britain’s doorstep (Gerry Adams, The Politics of Irish Freedom, (Dingle: Brandon Books, 1986), p.97). Apart from Cuba, the Sandinistas were another Latin American regime the Provisionals were highly sympathetic to (see for example « The Sandinistas: A Decade of Revolution », An Phoblacht-Republican News (vol.11 n.29) 29 July 1989, p.14), and this even before they had taken power (Juan Sosa, « Nicaragua: The Next Cuba », Republican News (vol.8 n.3), 21 January 1978, p.4). During the 1980s, a number of Sinn Fein members went to Nicaragua as part of a solidarity brigade to build up schools and hospitals. Sinn Fein has also supported Maurice Bishop’s regime in Grenada and opposed the US invasion that overthrew his New Jewel government (« International Support for Sinn Fein », An Phoblacht-Republican News (vol.5 n.45), 17 November 1983, p.10).

  8. jmstipe20 dit :

    thanks, liam, did know the article!

  9. jmstipe20 dit :

    oops, i meant ‘didn’t know’😉

  10. Servir le Peuple dit :

    Dans le genre « paradoxe absolu », il y a même beaucoup « mieux » que ça : c’est carrément le commandant militaire de la colonne Connolly des Brigades internationales, Frank Ryan, capturé par les Italiens et remis aux franquistes en 1938, condamné à mort et emprisonné à Burgos, qui a été exfiltré en 1940 par l’Abwehr et a passé la 2de guerre mondiale à Berlin : http://en.wikipedia.org/wiki/Frank_Ryan_(Irish_republican)
    (j’avais lu ça il y a longtemps, j’ai heureusement retrouvé la référence)

  11. peadar dit :

    Oui c’est étonnant!
    Mais entre temps la deuxième guerre mondiale avait commencé, ce qui a pu changer la donne.
    Du point de vue républicain irlandais : l’IRA déclare la guerre à la Grande-Bretagne en 1939, d’où la collaboration. D’ailleurs si je me souviens bien, des installations de la marine britanniques ont été sabotées à Belfast dans la période 39-40 par des unités de l’IRA protestantes et pro-communistes, avec l’adoubement de l’URSS, puis l’URSS se fait envahir, change sa politique internationale, gueule contre l’IRA, qui s’en fout et continue…
    (Du point de vue du 3è Reich : tentatives de travail avec l’IRA contre la GB, surtout les services secrets du Reich à Berlin avec Ryan et d’autres, très bien documenté dans la page wikipedia que tu cites)

    Mais ce ne sont pas des gens de l’IRA en tant que tels qui sont allés se battre contre les fascistes en espagne en 36-39, les combattants de la colonne Connolly se sont faits virer de l’IRA ou en étaient déjà sortis (gens du mouvement Republican Congress)

  12. Liam dit :

    En fait je devrais ecrire un article pour LI sur le sujet tellement il est complexe. Il faut voir l’espisode Farnk Ryan dans le cadre du pacte Molotov-Von Ribbentrop de 1939. Je recommande aux camarades la lecture de l’’article “was frank ryan a collaborator?” disponible ici:
    http://irelandscw.com/docs-Ryan2.htm
    ce paradoxe n’est pas “absolu” car Ryan a ecrit un article comme quoi il cherchait un e troisieme voie entre capitalisme et communisme.
    Meme le cas de Francis Stuart est complexe, on peut difficilement le qualifier de fasciste.
    La veuve de Helmut Clissman recemment decedee
    http://www.irishtimes.com/newspaper/obituaries/2012/0414/1224314729433.html
    montre combine la situation etait complexe et pre-date la seconde guerre mondiale.
    Pour ceux qui veulent une vue objective du sujet je recommande l’article de Brian Hanley auquel j’ai fait reference plus tot.
    Dieter: I also wrote a similar article on Sinn Fein’s links to Pyongyang etc.

  13. peadar dit :

    « Ryan a ecrit un article comme quoi il cherchait une troisieme voie entre capitalisme et communisme. »

    c’est celui-ci?

    «  »The future lies in working-class rule. In my opinion not in the Communism advocated today, but certainly in that direction. That explains, at once, why I associate on a platform with the CP and at the same time why I would not join the CP. And eventually the gap between CP policy on the one hand and the Fianna Fail IRA policies on the other hand will be filled by a new movement. We will have to slog along for that. » (Irish Press, 1 May 1935)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s