« Etre en grève de l’hygiène signifie… »

Texte écrit par un prisonnier de la CIRA à Maghaberry en 2012

Etre en grève de l’hygiène signifie être bloqué en cellule 23 heures par jour, sept jours sur sept. Ce qu’il y a dans nos cellules, c’est un lit, une télé et nos habits. Les murs sont recouverts d’excréments, à certains endroits il y en a plusieurs couches et la puanteur est insoutenable. Il y a un tuyau qui débouche sur notre cellule qui est laissé ouvert en été, ouvrant la voie aux mouches qui pondent leurs œufs sur les murs. Ce tuyau est fermé en hiver.

Nous sommes face au dilemme suivant : ou bien nous laissons les fenêtres ouvertes pour avoir de l’air frais, ou bien nous les fermons pour retenir ce qui nous reste de chaleur corporelle. Les matons font leur tournée trois ou quatre fois par nuit, frappant aux portes et projetant la lumière de leurs lampes-torches sur nos visages tout en faisant des gestes insultants.

L’eau chaude a été coupée, et si nous avons une visite nous devons prendre une douche froide. Le sol est saturé d’urine et d’excréments parce qu’ils refluent par-dessous la porte. La nourriture est la plupart du temps froide et molle, souvent immangeable. Nous nous grattons tous et des plaies nous apparaissent sur le corps. Pour certains, les fouilles à corps intégrale ont lieu à chaque fois qu’ils sortent pour une audience au tribunal.

Source : ici

Advertisements
Cet article, publié dans Prisonniers politiques, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s