Certains prisonniers de Maghaberry arrêtent la grève de l’hygiène

Des sources républicaines corroborrées par des sources pénitentiaires, ont affirmé que bien qu’aucun accord n’eût été passé, certains prisonniers républicains dissidents avaient mis un terme à leur grève de l’hygiène. Vingt-deux détenus, alignés au groupe se désignant comme l’IRA [ou « Nouvelle IRA »] ont arrêté la grève de l’hygiène menée contre l’usage routinier des fouilles à corps dans la prison de Maghaberry.

Début novembre, c’est ce groupe qui a tué le gardien de prison David Black. Mais, à Maghaberry, les membres des autres groupes dissidents n’ont pas été consultés à ce sujet et continuent la révolte. Dans une déclaration envoyée au journal belfastois Irish News, les prisonniers de l’aile 4 de Roe House ont expliqué qu’ils avaient pris cette décision « suite à des discussions intenses et des analyses détaillées ». Cette révolte avait commencé en mai 2011, contre les fouilles à corps.

Les prisonniers disent que l’administration pénitentiaire a renié un accord passé en août 2010, lequel abolissait les fouilles à corps intégrales pour les remplacer par l’usage de scanners électroniques. Les prisonniers disent que l’accord stipulait qu’ils fussent inspectés par une chaise BOSS – [Body Orifice Security Scanner – scanner de sécurité des orifices corporels]. L’administration pénitentiaire, de son côté, explique que l’accord ne concernait que les allers et venues des prisonniers à l’intérieur de la prison, et nullement les moments où les prisonniers sortaient de leur aile pour des visites ou des procès. David Ford, ministre de la justice [de l’entité des 6 comtés] a salué cette initiative, tout en précisant que les personnels pénitentiaires avaient, pour leur part, tout à fait honoré les termes de l’accord.

« Ceci représente une opportunité pour la relaxation de la tension, à plus forte raison si l’autre groupe de prisonniers faisait de même », a-t-il dit. [Cet ‘autre groupe’, qui continue la révolte, est constitué des prisonniers rattachés aux organismes de soutien Cogus et Cabhair, détenus dans l’aile 3 de Roe House à Maghaberry]

La déclaration des prisonniers affirme que leur initiative « ouvrirait l’espace requis pour une résolution de l’impasse actuelle ». La déclaration précise ce qui suit  : « Cette initiative doit être vue comme une tentative authentique et sincère de créer les conditions où puisse mûrir un environnement sans conflit et où soit garantie, pour toutes les parties, le respect et la dignité. »

Quant à M. Ford, il a affirmé que les autorités pénitentiaires étaient en train d’étudier la façon dont les prisonniers devaient être fouillés : « Tous les prisonniers d’Irlande du Nord doivent être fouillés intégralement lors de leur entrée et leur sortie de prison, ce qui est fait en ce moment par des engins installés dans les prisons de Magilligan et de Hydebank Wood. Nous sommes en train de regarder si un autre type de technologie peut être appliqué à Maghaberry. Suite à des entretiens avec les personnels, les autorités pénitentaires a travaillé dur pour éviter et remplacer les fouilles à corps intégrales, de façon à trouver un moyen d’assurer la sécurité des prisonniers et des personnels, tout en étant plus à même de respecter la dignité à la fois des prisonniers et des personnels qui doivent procéder à ces fouilles. »

Le ministre a souligné qu’aucune concession n’avait été faite aux prisonniers, et qu’aucune discussion avec eux n’avait eu lieu récemment. « C’est une initiative qui est venue d’eux » a-t-il dit. Il a ajouté ce qui suit : « Il y a clairement des rapports complexes à l’intérieur du groupe des prisonniers de Roe House, et j’espère que le groupe des intermédiaires qui les ont conseillé pour se sortir des difficultés actuelles est en mesure de nous éclairer sur l’état d’esprit des prisonniers dans les deux ailes du bâtiment, dans une semaine ou deux. »

De son côté, Paul Givan président de l’assemblé du comité ministériel sur la justice, a dit que les prisonniers républicains cherchaient à retrouver une situation telle qu’elle existait dans la prison de Maze [plus connue sous le nom de Long Kesh] à l’époque des Troubles, pendant laquelle « ils contrôlaient leurs propres ailes ». Il a précisé : « Qu’il y ait révolte ou pas, les arrangements actuels à Maghaberry vont déjà trop loin, et personne ne devrait envisager un retour à une situation du genre prison de Maze. Et les autorités pénitentiaires d’Irlande du Nord devraient s’expliquer sur le statut de la révolte des prisonniers de Roe House et clarifier leur rôle dans les développements qui ont amené à la situation actuelle.

Source : ici

Advertisements
Cet article, publié dans Prisonniers politiques, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Certains prisonniers de Maghaberry arrêtent la grève de l’hygiène

  1. Liam dit :

    Ce sont le prisoniers lies a la « Nouvelle » IRA et la nouvellle IRPWA. (30 sur les 41)
    Le prisoniers lies a Cogus, Cabhair et les indepedants n’ont pas encore donne leurs intentions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s