A propos des balles en plastique

1. Un groupe de défense des droits de l’homme de Derry a affirmé que des documents gouvernementaux récemment déclassifiés indiquaient que les balles en plastique auraient pu être interdites au début des années 1980, leur caractère létal ayant été révélé. Paul O’Connor, membre du Pat Finucane Centre [organisme des défense des droits de l’homme dont le nom est un hommage à un avocat assassiné par un escadron de la mort britannique en 1989] explique que les documents du gouvernement britannique révèlent qu’en mai 1982, un comité indépendant de médecins qui évaluaient les résultats des tests des balles en plastique, s’étaient plaints du fait que « peu d’informations » au sujet des circonstances de certaines morts et blessures graves avaient été rendues publiques et disponibles.

M. O’Connor rapporte que les document indiquent « qu’en l’absence de données médicales disponibles… les scientifiques faisaient leurs tests en tirant des balles en plastic sur des cochons« . Des mémos officiels de l’époque se préoccupent du fait que révéler ces choses provoquerait la colère du lobby des défenseurs des droits des animaux. Les documents déclassifiés expliquent aussi que les recherches scientifiques concluaient que les balles en plastic tirées par l’armée britannique en Irlande du Nord avaient une énergie cinétique plus quatre fois plus forte que le chiffre-seuil qui était considéré comme potentiellement fatal par les scientifiques du gouvernement.

Paul O’Connor conclue ainsi : si les scientifiques pouvaient en arriver à de telles conclusions sans les preuves présentes dans les rues de Derry et de Belfast, il semble raisonnable de penser que le comité de médecins aurait recommandé un bannissement complet des balles en plastique s’ils avaient pu vérifier de leurs propres yeux les blessures horribles des patients dans les urgences des hôpitaux du Nord. Des vies auraient pu être sauvées. La dé-classification des documents gouvernementaux coïncide avec le 30è anniversaires des morts de deux adolescents de Derry tués par des balles en plastic : Stephen McConomy, âgé de 11 ans, et Paul Whitters, âgé de 15 ans, qui est mort neuf jours après s’être fait tirer dessus sur la Great James’ Street.

Source : ici.

2. L’usage des balles en caoutchouc puis des balles en plastique a été l’un des aspects les plus controversés de la politique menée au Nord de l’Irlande. Cette arme est responsable de la mort de 17 personnes, dont sept étaient des enfants, et bien que peu de statistiques fiables existent concernant les blessés, leur nombre semble s’élever à plusieurs milliers. En outre, nombre de morts ont eu lieu alors qu’il n’y avait pas de désordre public (justification donné d’ordinaire pour ces tirs). D’après les résultats d’enquêtes ayant été conduites, seules deux de ces morts ont eu lieu pendant des émeutes. Dès leur apparition, les balles en plastique ont été constamment et vivement critiquées, ont enflammé le débat politique et ont été la matière d’un grand nombre d’enquêtes et de publications critiques. L’unique argument de leurs défenseurs était de dire que le gouvernement n’avait pas d’autre choix.

Les balles en plastique utilisées dans le Nord de l’Irlande par les forces de la couronne pèsent 4,75 ounces et font 4,5 inches de long pour 1,5 inches de diamètre. Elles sont faite en PVC (polyvinylchloride) dur comme la pierre. Quand une balle en plastique est tirée, elle sort du canon à 160 miles à l’heure. La balle en plastique a remplacé la balle en caoutchouc en 1973, et depuis plus de 60.000 de ces balles ont été tirées. 17 personnes ont été tuées par les balles en caoutchouc et en plastique dans les 30 dernières années au Nord de l’Irlande.

Le PSNI [Police Service of Northern Ireland] prétend que les balles en plastique provoquent moins de blessures et de moins graves que les vraies balles. Cette conviction a permis de faire un usage indiscriminé des balles en plastique, qui aurait été impensable s’il s’était agi de vraies balles. En 1996, 7.000 balles en plastique ont été tirées par l’armée britannique et par le RUC [Royal Ulster Constabulary, ancien nom du PSNI] pendant les manifestations unionistes et nationalistes. Dans la seule ville de Derry, 2.815 balles en plastique ont été tirées du 11 juillet au 14 juillet de cette même année.

Lorsque le British Labour Party était dans l’opposition, il faisait le serment qu’il allait interdire l’usage des balles en plastique. Mais une fois au pouvoir, il introduisit un nouveau type de balle en plastique qui est plus létal que l’ancien, et acheta un stock de 50.000 munitions dans les jours qui ont précédé le changement de nom de la police du Nord, le RUC devenant le PSNI.

Publicités
Cet article, publié dans antifascisme, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s