A propos du Patsy O’Hara Youth Movement à Belfast

« Pendant cet été chargé, l’INLA avait réussi à recruter des centaines de jeunes nationalistes [terme désignant ceux qui se considèrent comme Irlandais dans les 6 comtés] dans ses rangs. Un nouveau message à trois lettres apparaissait sur les murs : UTE – Up The Erps. A ce moment, La fortune souriait à l’organisation. Dans le quartier de Markets à Belfast, il semblait que l’INLA avait gagné à sa cause à peu près tous les adolescents.

La mode vestimentaire reflétait la nouvelle vague de popularité de l’INLA auprès des jeunes belfastois : les adolescents copiaient le style des volontaires de l’INLA et portaient des vestes militaires vert-kaki, se laissaient pousser la barbe et arboraient des badges à l’effigie de Connolly et de la Charrue Etoilée [starry plough] sur le revers de leurs vestes. Ce nouveau look de guerillero urbain devint l’uniforme des jeunes Erps [surnom des membres de l’IRSP] dans ces quartiers de Belfast.

Au milieu de la grève de la faim, l’INLA pouvait compter sur le soutien de cinquante jeunes hommes des quartiers de Markets, Lower Ormeau et Short Strand, qui avaient rejoint le Patsy O’Hara Youth Movement. Ce groupe se définissait comme un groupe politique de jeunesses. Le groupe distribuait pendant cet été chaud une feuille nommée Venceremos (équivalent latino-américain du slogan « Tiocfaidh ar la »). Cette feuille contenait des poèmes mal écrits et des articles sur la contribution à la lutte de Patsy O’Hara. On y trouvait également des informations sur les organisation européennes ultra-gauchistes comme la Fraction Armée Rouge, d’Allemagne.

Cependant, distribuer Venceremos n’était qu’une partie de l’activité politique du Mouvement Patsy O’Hara dans le quartier de Markets. En réalité, le groupe était considéré comme l’équivalent, pour l’INLA, des Fianna Eireann pour l’IRA [organisation de jeunes éclaireurs semi-militaire]. Comme les Fianna, cette organisation de jeunesse menait des opérations de type militaire, comme par exemple des attaques préméditées de patrouilles de police RUC au cocktail molotov. L’organisation jouait également un rôle de force de police adolescente, qui parfois battait violemment ceux qui se mettaient en travers de leur chemin. »

Source: INLA, deadly divisions, par Jack Holland et Henry McDonald (Torc -1994), pp. 179-180

Publicités
Cet article, publié dans Révolution, vie quotidienne, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s