26 comtés : l’arrestation de Diarmuid Mac Dubhghlais

Giorraíonn beirt bóthar. Solidarité avec notre camarade Diarmuid!!

Le 14 février, Diarmuid Mac Dubhghlais, trésorier de Republican Sinn Fein, a été arrêté à son domicile à Dublin et détenu pendant deux jours par la police des 26 comtés. Le 16 février, il a été libéré sans mise en examen.

Il nous raconte son expérience ainsi : « Alors que j’étais en voiture le 8 décembre 2011, j’ai été interpellé par la police politique sur le bas côté de la rue, au moins 10 policiers armés étaient présents, aucun ne portait d’uniforme, aucun n’a décliné son identité. « J’ai été tiré hors de ma voiture, menotté et jeté au sol. Ils m’ont fouillé et ils ont fouillé la voiture. Ils n’ont rien trouvé [d’illégal], puis m’ont relâché. Les policiers ont refusé de me donner la moindre explication pour cet incident, de même qu’ils ont refusé de me montrer leurs cartes. J’ai cherché conseil pour trouver le moyen légal de porter plainte pour les dommages faits à ma voiture.

Une semaine après avoir méné ces démarches juridiques, le 14 février, ma maison a été l’objet d’un raid de la police politique, et ils m’ont arrêté au nom de la loi anti-terroriste [‘Offences Against the State Act’], et m’ont emmené au commissariat de Finglas. La police a continué la perquisition de ma maison en mon absence pendant plusieurs heures, et en l’absence de tiers. Pendant l’interrogatoire, j’ai été accusé de possession d’explosifs le 8 décembre. Il s’agit bien sûr d’un mensonge. J’ai passé 48 heures en garde à vue au commissariat, pendant les 30 premières heures, ils m’ont empêché de téléphoner et de contacter ma famille et ne m’ont rien donné à manger non plus.

La lumière est restée allumée toute la nuit, les policiers refusant de l’éteindre comme je leur demandais. Je n’avais rien pour dormir et ils ont laissé l’air conditionné fonctionner toute la nuit, ce qui m’a empêché de dormir la première nuit. Il s’agissait sûrement pour eux de me désorienter.

A la suite de leurs fouilles, je me suis aperçu que la police avait emporté nombre de choses, la plupart des objets personnels, ainsi que presque 1.000 euros (le crédit que je rembourse). Aucun inventaire de ce qu’ils m’ont pris n’a été communiqué, à moi ou à mon avocat. J’ai été libéré le 16 févier à 11H30. »

Source : Saoirse du mois de mars

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles du front, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s