Les infiltrations du flic Mark Kennedy en Irlande

Selon une récente révélation l’agent anglais Mark Kennedy a travaillé au service de l’Etat français en livrant des informations contre ceux de Tarnac. De même, cet espion avait longuement infiltré certains milieux contestataires en Irlande. Un nom à maudire, un exemple à méditer.

Mark Kennedy est un policier britannique agissant undercover qui s’était spécialisé dans l’infiltration de mouvements de protestations dans toute l’Europe. Ces sept dernières années, il a fait plusieurs visites en Irlande, au cours desquelles il a passé du temps avec ceux qui luttent contre le projet de pipeline à ciel ouvert de Corrib dans le nord du comté de Mayo. Il a également rencontré ceux qui s’opposent à l’usage de l’aéroport de Shannon par l’armée US.

allure de rebelle

Selon des militants irlandais, le policier Mark Kennedy, qui sous la fausse identité de Mark Stone, avait infiltré plusieurs campagnes écologistes et anti-capitalistes en Grande-Bretagne, participa aussi aux manifestations du Premier Mai à Dublin en 2004. Plusieurs personnes confirment qu’il avait encouragé l’adoption de tactiques plus offensives.

Kennedy a passé plusieurs jours dans le nord du comté de Mayo en mars 2006 et a participé à un atelier de la campagne Shell to Sea. D’anciens membres du Rossport solidarity camp, établi après l’emprisonnement des Cinq de Rossport en 2005, se souviennent de lui et de ses louanges de l’action directe. Il a également rendu visite à Willie Corduff, l’un des Cinq de Rossport, en compagnie de militants britanniques et islandais sympathisants de cette campagne. « Malheureusement, nous l’avons accueilli de bonne foi », a dit Mary Corduff hier. « Mais ce que nous aimerions savoir, c’est pour qui il travaillait pendant qu’il était ici. »

Un ancien membre du camp de Rossport, qui ne souhaite pas donner son identité, a dit qu’il se souvenait de Kennedy participant à une bataille contre les gardaí [policiers du Free State] lors des manifestations du Premier Mai à Dublin en 2004. « Je me souviens bien qu’il avait retiré sa cagoule au moment où ça bardait… chose que nous ne faisions jamais » explique l’activiste.

Cette allégation a été confirmée par un militant dublinois du Workers Solidarity Movement, qui affirme que Kennedy a séjourné par deux fois chez lui. Ce militant, qui ne souhaite pas donner son identité, dit qu’il avait rencontre Kennedy plusieurs fois entre 2004 et 2006, en Irlande et lors des protestations contre le G8 en Ecosse en 2005. « Il encourageait toujours les formes les plus militantes d’action directe » a dit l’activiste.

Dans une interview donnée à un membre du camp de Rossport et publiée par Indymedia, Kennedy soulignait « qu’il était important que les campagnes menées en Irlande, dans le Mayo ou en Islande, mais aussi celles qui sont menées en Espagne et en Italie travaillent ensemble. »

« Nous avons besoin d’un réseau et nous devons travailler ces questions ensemble, échanger des informations et des moyens d’agir, observer comment les grandes entreprises exercent leur pression sur nous, en partageant cette information de façon à avancer et à gagner dans nos luttes », disait-il. « De cette façon nous serons mieux armés face aux aléas de l’avenir, nous pourrons poursuivre nos luttes contre ces grandes entreprises et nous faire une meilleure idée de ce qu’elles sont. »

ordure de flic

Un militant affirme avoir rencontré Kennedy lors d’une manifestation contre la venue de Georges Bush à un sommet EU-US à Dromoland Castle en juin 2004. Un autre militant, Ciaron O’Reilly, qui faisait partie des cinq activistes anti-guerre acquittés dans l’affaire du sabotage de l’avion militaire US à l’aéroport de Shannon en 2006, se souvient avoir rencontré Kennedy deux fois, dont une fois lors d’une manifestation organisée par Gluaiseacht, un mouvement pour la justice sociale, dans le comté de Clare en 2005.

Depuis le mois d’octobre, certains activistes en Irlande sont au courant de la véritable identité de Kennedy depuis octobre dernier. « Mon principal souci n’est pas que des policiers au Royaume-Uni et en Irlande rassemblent des informations sur les activistes, mais qu’ils agissenr parfois en qualité d’agents provocateurs pour discréditer le mouvement pour la paix », a dit Ed Horgan, militant anti-guerre. De son côté, le député travailliste Michael Higgins a écrit une lettre au ministère de la justice au sujet des activités de Kennedy en Irlande. « Cette question est grave » a-t-il dit. « Ce type d’activité sape le respect pour la loi et son effet très funeste est de faire préjudice à de bonnes causes. »

Un porte-parole du ministère de la justice a expliqué que ses services ne disposaient d’absolument aucune information concernant les activités de la personne en question. »

Source : http://www.shelltosea.com/content/eco-spy-infiltrated-irish-protests

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles du front, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les infiltrations du flic Mark Kennedy en Irlande

  1. peadar dit :

    Visiblement le fait d’avoir des ESPIONS dans son ‘camp’ ne choque pas tellement certains écologistes :

    « Quoi qu’il en soit, Mark Kennedy va certainement bénéficier d’une grande « renommée » d’ici les prochains jours et ce n’est pas Greenzer qui va s’en offusquer. A partir du moment où celui-ci la met au service de l’environnement… »

    http://www.greenzer.fr/etrange-histoire-mark-kennedy-3499

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s