26 comtés : des centaines de milliers d’animaux livrés en pâture à l’expérimentation animale

Sordide réalité capitaliste, loin de la carte postale du pays de la verdure aimable et des chevaux en liberté.

Le nombre d’animaux utilisés comme cobayes pour des expérimentations dans les laboratoires irlandais a augmenté de 800% en cinq ans, au grand désarroi des groupes de protection animale. Les chiffres divulgués par le ministère de la santé font état de 280.000 animaux utilisés dans des expérimentations en 2010, alors qu’il n’y en avait que 38.000 en 2005. Plus de 80% des animaux ont été utilisés pour des expériences menées par des « établissements commerciaux ». Quant aux autres, ils se répartissent entre les universités, les lycées, les hôpitaux, l’agriculture, les instituts vétérinaires, les élevages de poissons et les instituts de recherche en pisciculture.

Constance Markiewicz et son chien Poppet

La Irish Anti-Vivisection Society a affirmé que ces chiffres étaient « sans précédent » et « perturbants ». Elle a également expliqué que l’Irlande était l’un des pays qui pratiquait le plus les tests sur animaux. Parmi les cobayes, on trouve des chevaux, des chiens, des chats, des souris, des rats, des vaches, des chèvres, des poissons, des oiseaux, des moutons, des cochons, des lapins et des cochons d’Inde. L’un des plus grands sujets de préoccupation des militants de protection animale est le fait que plus de 80% de ces animaux ont été expérimentés sous les termes d’un contrat particulier qui dispense les chercheurs d’anesthésier les animaux.

On compte 832 chiens cobayes en 2010, ce qui représente une augmentation de 400% par rapport à 2005. Sur ces 831 chiens, 791 n’ont pas été anesthésiés, et 160 d’entre eux ont été expérimentés pour des tests toxicologiques dont la nature n’est pas spécifiée. La grande majorité de ces chiens a été utilisée pour la recherche et le développement concernant des produits médicaux et de dentisterie et pour des médicaments pour animaux. Ils ont été menées par des compagnies pharmaceutiques.

Des expérimentations ont également touché quelque 1.000 lapins, 180 chats, 62 chevaux et ânes, 2.672 vaches et plus de 15.000 poissons. On note une très forte augmentation de l’utilisation de souris, en particulier dans les tests toxicologiques. Plus de 240.000 souris ont été utilisées pour de tels tests en 2010, 116.000 d’entre elles ont subi le test de la dose létale, qui cherche à trouver quelle est la dose exacte de tel produit qui tue l’animal. Les statistiques montrent deux cas de certificat « G » en vigueur en 2010. Cette licence autorise des expériences « où l’animal peut ressentir une douleur intense susceptible d’être prolongée ».

Un porte-parole de la Irish Anti-Vivisection Society a expliqué que « sur les 226.070 expériences, plus de 80% ont été menées par des établissements commerciaux, ce qui nous préoccupe c’est de voir qu’on impose à ces animaux une vie de souffrance, avec pour seule raison la recherche de la maximisation du profit ». La société appelle de ses vœux une recherche au sujet de cette « explosion » récente de l’expérimentation animale en Irlande.

Source : http://www.irishexaminer.com/ireland/kfideyeygboj/

Publicités
Cet article, publié dans économie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s