Familles O’Hara et Devine : Lettre ouverte [aux Provos]

A l’attention de Gerry Adams, Danny Morrison Jim Gibney, Martin McGuinness, Tom Hartley, et Bik McFarlane.

Nous accueillons favorablement le fait que Danny Morrison ait rompu le silence et donné quelques éclaircissement au sujet des événements des premières semaines de juillet 1981 affectant la grève de la faim à Long Kesh. A la lumière ces récents développements, nous voudrions que vous répondiez à quelques questions, dans l’espoir d’avoir des réponses qui permettent finalement de donner un ultime repos eux événements qui entourent la mort tragique de nos bien-aimés. Danny a déclaré qu’il avait informé Bik McFarlane, commandant de la PIRA en prison, d’une certaine proposition, le 5 juillet 1981.

Richard O’Rawe, porte-parole des prisonniers, a dit que Bik lui avait transmis un papier qui précisait le contenu de la proposition, et qu’il avait répondu à Bik : “Ta go leor ann.” [‘Cela est suffisant’]. Cela a été confirmé à certaines de nos familles par deux anciens prisonniers menant la révolte des couvertures (‘Blanketmen’) qui étaient là à ce moment et qui entendirent ces paroles. Bik lui-même, lors d’une interview de 2009, a fini par admettre qu’il avait bel et bien eu une conversation avec Richard, et qu’il considérait cette proposition comme « stupéfiante ». Sachant cela, nous devons conclure que Bik a fait connaître son avis et celui de Richard à leur direction à l’extérieur. Par conséquent, voilà ce que nous voulons savoir :

1. Pourquoi cette proposition n’a-t-elle pas été acceptée?
2. Qui, hors de la prison, a court-circuité l’autorité de Bik?
3. Pourquoi a-t-on permis à la grève de la faim de se poursuivre sur ordre de l’extérieur (et non des prisonniers de guerre)?
4. Mme McDonnell avait demandé à Gerry Adams de sauver la vie de son fils et d’exiger l’arrêt de la grève de la faim. M. Adams lui avait répondu qu’une telle chose n’était pas en son pouvoir. Qui par conséquent avait ce pouvoir (Brendan McLaughlin fut suspendu de grève de la faim pour raisons médicales)?
6. Pourquoi l’IRSP (qui participait à la grève de la faim) n’a-t-il pas été informé de cette proposition?
7. Les Britanniques vous ont envoyé cette proposition (destinée à être publiée au moment de la fin de la grève de la faim) sous forme écrite le 6 et le 20 juillet. Pourquoi ces déclarations n’ont-elles jamais été montrées aux prisonniers?
8. Qui a pris la décision de cacher ces déclarations loin des yeux des grévistes de la faim et de leur direction en prison?
9. Le 29 juillet, Gerry Adams a dit à la mère et au père de Kieran Doherty et aux grévistes de la faim qu’il n’y avait “pas de deal en vue, rien, aucun geste”, alors qu’il était engagé dans des communications-négociations avec les Brits du 4 juillet au 20 juillet.

Pourquoi Adams a-t-il délibérément fourvoyé les grévistes de la faim? Pensait-il qu’ils allaient rompre le jeûne s’ils savaient ce qui était proposé? Nous ne devons pas oublier que quatre de ces hommes qui écoutaient Adams et plaisantaient avec lui allaient mourir d’une mort horrible dans l’ignorance totale de ce que les Britanniques avaient proposé.

Dans une lettre récente, Danny Morrison parle de la « douleur des familles ». Danny ne peut même pas imaginer la douleur ressentie par certaines de nos familles. Nous, soussignés, pensons que la grève de la faim a été prolongée alors qu’un règlement honorable était disponible, un règlement qui aurait sauvé la vie de six hommes courageux.

Nous avions appelé à l’ouverture d’une enquête indépendante il y a trois ans, demandant la participation de tous les concernés. Seuls Richard O’Rawe et feu Docteur Garrett FitzGerald ont répondu favorablement. Nous appelons une fois encore Gerry Adams, Danny Morrison, Jim Gibney, Martin McGuinness, Tom Hartley, et BikMcFarlane à y participer. Ce que nous méritons le moins, c’est qu’ils ne participent pas. Si c’est le cas, qu’ils aient au moins l’obligeance de nous répondre.

Respectueusement,

Peggy et Tony O Hara. Michael et Louise Devine

Source : http://www.irsp.ie/news/?p=578

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles du front, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Familles O’Hara et Devine : Lettre ouverte [aux Provos]

  1. Voici les liens de trois articles que nous avons déjà traduits au sujet du grand scandale de 1981
    http://wp.me/p10FDj-1ld

    http://wp.me/p10FDj-1dX

    http://wp.me/p10FDj-MT

  2. peadar dit :

    VOICI LA PROPOSITION DE THATCHER

    The July offer from Thatcher

    I. extend to all male prisoners in Northern Ireland the clothing regime at present available to female prisoners in Armagh Prison (i.e. subject to the prison governor’s approval);

    II. make available to all prisoners in Northern Ireland the allowance of letters, parcels and visits at present available to conforming prisoners;

    III. allow the restoration of forfeited remission at the discretion of the responsible disciplinary authority, as indicated in my statement of 30 June, which hitherto has meant the restoration of up to one-fifth of remission lost subject to a satisfactory period of good behaviour;

    IV. ensure that a substantial part of the work will consist of domestic tasks inside and outside the wings necessary for servicing of the prison (such as cleaning and in the laundries and kitchens), constructive work, e.g. on building projects or making toys for charitable bodies, and study for Open University or other courses. The prison authorities will be responsible for supervision. The aim of the authorities will be that prisoners should do the kinds of work for which they are suited, but this will not always be possible and the authorities will retain responsibility for decisions about allocation.

    3. Little advance is possible on association. It will be permitted within each wing, under supervision of the prison staff.

    4. Protesting prisoners have been segregated from the rest. Other prisoners are not segregated by religious or any other affiliation. If there were no protest the only reason for segregating some prisoners from others would be the judgment of the prison authorities, not the prisoners, that this was the best way to avoid trouble between groups.

  3. peadar dit :

    ET LES CINQ EXIGENCES DES PRISONNIERS
    The Five Demands

    1. The Right not to wear a prison uniform;
    2. The Right not to do prison work;
    3. The Right of free association with other prisoners;
    4. The Right to organize their own educational and recreational facilities;
    5. The Right to one visit, one letter and one parcel per week.

  4. Liam dit :

    Bik McFarlane : Well, Rick ?
    Richard O Rawe : I think there’s enough there, Bikso.
    Bik McFarlane : I agree. I’ll write to the outside an’ let them know our thinkin’.
    (Blanketmen, p.181)

    Bik McFarlane : « Et bien Rick ? »
    Richard O Rawe : « Je pense que ce qu’il y a la est suffisant »
    Bik Mc Farlane : « Je suis d’accord. Je vais ecrire a ceux a l’exterieur pour leur indiquer cela »

    Reporter : Who took the decision to reject that (Mountain Climber) offer ?
    Bik McFarlane : There was no offer of that description.
    Reporter : At all ?
    Bik McFarlane : Whatsoever. No offer existed.
    (UTV News, 28 February 2005)

    Journaliste TV : « Qui a pris la decision de rejetter cette offre ?
    Bik McFarlane : « Il n’y a jamais eu pareille offre »
    Journalise TV : « Aucune offre du tout ? »
    Bik McFarlane : « Du tout. Il n’y a jamais eu d’offre point a la ligne. »

    « This conversation did not happen. I did not write out to the Army Council and tell them we were accepting (a deal). I couldn’ have accepted something that didn’t exist. »
    (Brendan McFarlane, quoted in Former comrades’ war of words, The Irish News, 11 March 2005)

    « Cette conversation n’a jamais eu lieu. Je n’ai jamais ecrit au Conseil de l’Armee que nous acceptions pareille offre. Je ne pouvais accepter quelque chose qui n’existait pas. »

    « Something was going down. And I said to Richard (O’Rawe), this is amazing, this is a huge opportunity and I feel there’s the potential here (in the Mountain Climber’s offer) to end this. »
    (Brendan McFarlane, quoted in Brian Rowan, British had no intentions of resolving the hunger strikes, The Belfast Telegraph, 4 June 2009)

    « Quelque chose de majeur se passait. Et j’ai dit a Richard O Rawe « C’est fantastique, c’est une opportunite majeure, et je pense qu’il y a quelque chose avec un vrai potentiel pour terminer cette greve de la faim »

    On voit l’evolution!

    Voici la version Adams

    Gerry Adams later claimed during an RTE documentary that he hadn’t known or heard of the Mountain Climber until AFTER the hunger strikes : « There had been a contact which the British had activated. It became known as the Mountain Climber. Basically, I didn’t learn this until after the hunger strike ended. » (Hunger Strike, DoubleBand Films, RTE, 9 May 2006)

    Adams declare sur RTE qu’il n’avait jamais entendu parler du Mountainclimber qu’apres les greves de la faim : « un contact avec le gouvernement britannique avait ete active. Il etait connu sous le nom de code Mountaincliber. Mais je n’avais appris cela qu’apres les greves de la faim prirent fin. »

    Mais pp.301-302 de TEN MEN DEAD – decrit dans un interview de 1996 par Adams comme le « meilleur livre jamais ecrit sur le conflit »- Bik McFarlane dans un communiique secret a Adams ldatant de Juillet 1981 ui explique que Morrison est venu dans la prison avec l’offre du Mountainclimber!!!!!!!!

    Un autre jour je viendrai avec les contradictions de Morrison et McKeown

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s