Qu’est-ce que le secrétaire d’Etat à l’Irlande du Nord?

Réponse résumée: un gouverneur colonial, nommé par le souverain britannique, plus fort qu’un préfet.

Depuis la conquête, l’Angleterre domine l’Irlande. Dans la période qui va de 1171 à 1922, le chef de l’exécutif britannique en Irlande est le Lord Lieutenant d’Irlande, autrement appelé vice-roi d’Irlande. Il était nommé par le gouvernement britannique et restait en poste selon « le bon plaisir de Sa Majesté ». Avant la partition, le gouvernement de la colonie irlandaise, le Home Office, se trouvait au château fortifié de Dublin et gouvernait toute l’île, en tant qu’unité. Suite à la partition en 1921-22, la souveraineté britannique directe s’est retranchée dans les Six Comtés du Nord-Est de l’Irlande.

De 1922 à 1973, le représentant du pouvoir souverain en Irlande du Nord s’appelle le gouverneur d’Irlande du Nord, il réside au château de Hillsborough, dans le comté de Down. Aujourd’hui, ce poste de représentant du pouvoir souverain appartient au secrétaire d’Etat à l’Irlande du Nord, c’est le nouveau nom de ce gouverneur suprême. Il réside comme son prédécesseur au château de Hillsborough.

Ce gouverneur nouvelle manière n’est élu par personne en Irlande (ni en Grande-Bretagne) mais est nommé par le monarque anglais en accord avec le premier ministre britannique. Il est responsable devant le parlement du Royaume-Uni, mais pas devant l’Assemblée nord-irlandaise. Il est en outre le chef du corps exécutif nommé Northern Ireland Office (NIO), qui est une sorte de ministère aux affaires nord-irlandaises du gouvernement britannique et qui se réunit à Stormont près de Belfast.

Voici ses attributions. Le secrétaire d’Etat représente l’Irlande du Nord au sein du conseil des ministres, supervise l’activité du gouvernement d’Irlande du Nord et possède en outre un domaine réservé, apanage du seul gouvernement britannique : la sécurité, les droits de l’homme, des droits concernant la justice et finalement l’administration des élections.

Prenons les deux derniers points : concernant la justice, c’est le secrétaire d’Etat qui a ordonné la détention sans procès ni accusation de Martin Corey, justifiant cet internement par sa dangerosité politique. C’est lui qui a ordonné la détention de Marian Price, alors qu’elle avait bénéficié de l’équivalent d’une grâce présidentielle (‘Royal Pardon’). Mais ce document qui était en possession de l’Etat britannique a malencontreusement « disparu ». Le secrétaire d’Etat peut donc décider des internements et donc agir au-dessus des règles juridiques et des procédures judiciaires normales.

Concernant les élections : c’est le secrétaire d’Etat et lui seul qui a le pouvoir de les convoquer, l’accord de Belfast de 1998 a ratifié ce point essentiel. Cette disposition s’applique évidemment aux référendums, qui plus est seul le secrétaire d’Etat est habilité à en formuler les questions. Il s’ensuit que Martin McGuinness, qui est vice-premier ministre de l’entité fantoche nord-irlandaise (et même s’il était premier-ministre) n’a absolument pas le pouvoir de décider ce référendum. Il peut seulement « souhaiter » qu’il y en ait un, un jour. C’est ce qu’on appelle de l’opposition rhétorique, de la gesticulation inoffensive, ou de la poudre aux yeux.

Publicités
Cet article, publié dans antifascisme, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Qu’est-ce que le secrétaire d’Etat à l’Irlande du Nord?

  1. Ping : Déclaration de l’IRPWA à l’occasion de la journée internationale des femmes | Liberation Irlande

  2. Ping : Des nouvelles de Marian Price, après un an de taule | Liberation Irlande

  3. Ping : La torture de Marian Price | Liberation Irlande

  4. Ping : Interview radio à propos de Martin Corey | Liberation Irlande

  5. peadar dit :

    Voilà le texte de loi du Northern Ireland Act qui établit clairement les choses : seul le secrétaire d’etat à l’irlande du nord est habilité à convoquer un référendum sur la question de savoir si les 6 comtés doivent rester ou pas dans le Royaume-Uni (autant demander à une araignée de manger de la salade). « On » ne pouvait pas laisser la souveraineté des 6 comtés à l’Etat britannique et ensuite faire croire qu’on peut prendre ce genre d’initiatives

    http://www.legislation.gov.uk/ukpga/1998/47/schedule/1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s