Honneur aux vaillants internationalistes de Grande-Bretagne

Nous vous présentons deux déclarations des années 1980, écrites par deux groupes de la gauche radicale britannique de l’époque, qui soutenaient le combat des républicains, d’une façon très minoritaire et particulièrement courageuse étant donné la pression de l’idéologie dominante et le fait qu’il y avait des actions armées en Grande-Bretagne dans cette période. Prenons exemple sur eux et soutenons les MLN basques, bretons et corses, et démarquons-nous complètement du chauvinisme anti-anglais qui est si fort dans la culture française!

1. Sur la question du soutien inconditionnel au mouvement républicain et à la lutte du peuple irlandais, par la Revolutionary Communist League of Britain (Marxist-Leninist), Ireland Sub-Committee (1982)

La priorité essentielle dans le travail de solidarité anti-impérialiste contre la bourgeoise britannique, c’est la solidarité avec la lutte armée du peuple irlandais pour l’auto-détermination et la destruction du système de la partition. Nous sommes pour un soutien inconditionnel à la lutte armée et à sa direction républicaine.

Cette position concernant le « soutien inconditionnel » a été adoptée par la RCL lors de son Deuxième Congrès l’année dernière. C’est la position qui nous différencie de la majorité de la « gauche » britannique et que même certains marxistes-léninistes hésitent à assumer. Le Comité Central de la Ligue a donc demandé à un sous-comité de préparer un document pour défendre la ligne du 2è congrès. Le texte qui suit en est le résultat. Nous espérons qu’il provoquera des discussions et ralliera un soutien pour cette position, que nous estimons correcte.

Le rapport de la commission Irlande a conclu à la majorité, primo, que le mouvement républicain est un mouvement anti-impérialiste pourvu d’une base de masse parmi les sections les plus opprimées du peuple irlandais, et secundo que les communistes ont le devoir de soutenir les révolutions coloniales en tant qu’élément vital de la lutte contre le colonialisme, l’impérialisme et l’hégémonisme. Ces points de vue sont basés sur l’expérience longue et profonde du mouvement communiste international.

« Dans la question des colonies et des nationalités opprimées, les Partis des pays dont la bourgeoisie possède des colonies ou opprime des nations, doivent avoir une ligne de conduite particulièrement claire et nette. Tout Parti appartenant à la IIIe Internationale a pour devoir de dévoiler impitoyablement les prouesses de « ses » impérialistes aux colonies, de soutenir, non en paroles mais en fait, tout mouvement d’émancipation dans les colonies, d’exiger l’expulsion des colonies des impérialistes de la métropole, de nourrir au cœur des travailleurs du pays des sentiments véritablement fraternels vis-à-vis de la population laborieuse des colonies et des nationalités opprimés et d’entretenir parmi les troupes de la métropole une agitation continue contre toute oppression des peuples coloniaux. » [Conditions pour l’admission à l’Internationale Communiste, juillet 1920].

En outre,  « les pays semi-coloniaux comme la Chine, la Perse, la Turquie, et toutes les colonies totalisent environ 1000 millions d’habitants. Là, les mouvements démocratiques bourgeois ou bien commencent à peine, ou bien sont loin d’être à leur terme. Les socialistes ne doivent pas seulement revendiquer la libération immédiate, sans condition et sans rachat, des colonies (et cette revendication, dans son expression politique, n’est pas autre chose que la reconnaissance du droit des nations à disposer d’elles-mêmes; les socialistes doivent soutenir de la façon la plus résolue les éléments les plus révolutionnaires des mouvements démocratiques bourgeois de libération nationale de ces pays et aider à leur insurrection (ou, le cas échéant, à leur guerre révolutionnaire) contre les puissances impérialistes qui les oppriment. [Lénine, La révolution socialiste et le droit des nations à disposer d’elles-mêmes, 1916]

Pour Lénine et le Komintern, la solidarité devait exister dans l’action pratique, pas seulement en paroles. Sur cette base, il ne peut rester aucune doute sur le fait que notre devoir est de nous identifier entièrement avec la lutte irlandaise, et il n’est pas question de garder politiquement une sorte de distance de sécurité.

C’est dans cet esprit que le Parti Communiste de Grande-Bretagne a écrit en 1921 : « L’aide du Parti Communiste à l’Irlande est apportée au titre de sa politique internationale. Nous croyons en une République pour l’Irlande parce que c’est précisément cela que veut la majorité des travailleurs irlandais. Nous croyons en notre aide à l’Irlande parce qu’elle est la victime du capitalisme impérialiste et que nous sommes contre l’impérialisme toujours et partout. Et peu importe si notre combat pour l’Irlande nous met en porte-à-faux avec l’impérialisme britannique. Le plus important est que lorsque le prolétariat irlandais décidera de prendre le pouvoir dans ses propres mains, nous soyons prêts à lui donner toute l’assistance qu’il nous est possible. Et cela, nous le promettons ici et maintenant, quelque soit le prix à payer, le sang de nos vies sera le témoin de notre camaraderie et le prix de notre solidarité. » [CPGB pamphlet 1921, reprinted British Labour and Ireland 1969-79]

Toutefois, il arrive que certains à gauche émettent des réserves quant au fait que le mouvement républicain soit le représentant anti-impérialiste des sections opprimées du peuple. En adoptant ce point de vue, ils sont en désaccord avec l’Armée Britannique.

« L’IRA provisoire (PIRA) a la motivation et les moyens de mener des actions violentes intermittentes, au moins au niveau de ce qu’elle était au début de l’année 1978, sans qu’on puisse prédire un épuisement dans le futur prévisible. Même si la « paix » est rétablie, la motivation pour ces actions violentes politiquement motivées, demeurera. La PIRA est une organisation fondamentalement populaire qui a ses bases dans les quartiers ghéttoïsés des villes et dans les régions rurales pauvres. Néanmoins, elle possède une couche de terroristes intelligents, ingénieux et expérimentés qui forment l’ossature de l’organisation. Nos informations concernant le calibre des terroristes ordinaires ne correspond pas du tout à l’opinion selon laquelle il s’agirait de gens tirés des bas-fonds, sans emplois et inemployables. La PIRA continuera sans doute à recruter les hommes dont elle a besoin. Elle sera capable d’attirer dans ses rangs des gens ayant des capacité de direction, du talent, une bonne éducation et des compétences manuelles, et qui continueront à élever tous azimuts son niveau de professionnalisme. Ce mouvement gardera un niveau de soutien populaire suffisant pour conserver des bases sûres dans les zones traditionnellement républicaines ». [tiré d’un document de l’armée britannique, divulgué fin1978]

Un autre problème réside dans les doutes que certains camarades entretiennent au sujet de la justesse de telle ou telle tactique des républicains, considérant que ces derniers ne mènent pas la guerre populaire de la manière la plus orthodoxe qui soit au vu des conditions irlandaises (!). Voici ce que Lénine avait à nous dire à propos de la rébellion irlandaise de 1916 :

« Croire que la révolution sociale soit concevable sans insurrections des petites nations dans les colonies et en Europe, sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira « Nous sommes pour le socialisme », et qu’une autre, en un autre lieu, dira « Nous sommes pour l’impérialisme », et que ce sera alors la révolution sociale! C’est seulement en procédant de ce point de vue pédantesque et ridicule qu’on pouvait qualifier injurieusement de « putsch » l’insurrection irlandaise. »

Nous serions au plus près de la vérité si nous faisions remarquer que nombre de réserves de « gauche » semblent surgir précisément au moment où la PIRA porte la guerre en Grande-Bretagne même. En tant que communistes, nous reconnaissons le droit des Irlandais à porter la guerre en Grande-Bretagne. Seuls les chauvins poltrons au plus haut point diront qu’il est très bien que les républicains combattent et meurent à Derry, Belfast ou Armagh, tant qu’ils laissent les villes britanniques en dehors du carnage. Dans le cours de leur campagne contre des cibles politiques, militaires et économiques, des civils ont hélas été blessés ou tués. Telle est la nature de la guerre.

Cependant, si nous nous séparions des républicains pendant ces moments où hurle le chœur chauvin dressé contre eux, alors notre soutien ne vaudrait pas un clou, car rien n’empêche la bourgeoisie de diriger ce chœur et elle serait même capable de commettre des attentats à la bombe contre des civils britanniques si elle le jugeait nécessaire. Si nous adoptions une telle attitude, nous serions des alliés encore plus méprisables que la « gauche » des travaillistes, qui n’a jamais caché son rejet des tactiques militaires, et nous n’aurions aucun soutien de la part des plus opprimés en Grande-Bretagne même.

Dans le même ordre d’idées, certains pensent que les tactiques républicaines en Grande-Bretagne ou en Irlande sont erronées, ce qui fait qu’à notre avis, ils ne soutiennent pas la cause républicaine. C’est une position selon nous trop rigide. Ceux qui pensent cela savent bien que nos propres conceptions stratégiques sont encore très immatures, et ils savent bien que dans le cours de nos progrès à venir, nous ferons mille et une erreurs que la bourgeoisie utilisera dans ses campagnes contre nous. Si cela est bel et bien vrai, nous devons donc dès que nous en sentons la nécessité, échanger points de vue et critiques avec les républicains, en fait nous devrions chercher à entretenir la plus grande amitié avec eux. Mais ceci n’a rien à voir avec une critique publique qui nous placerait dans le même camp que les héros de la presse ordurière, aux côtés du lectorat du Socialist Worker, qui a fait sien le précepte : « la sécurité d’abord ».

Certains ont affirmé en outre que notre usage du terme « inconditionnel » était quelque chose de métaphysique. Ils nous disent : « Mais que se passerait-il si le mouvement républicain changeait de nature? » ou bien : « Et si nous étions en train de soutenir des idées fascistes? ». Au niveau formel, cet argument est très correct. Toute chose au monde est prise dans le changement, même le mouvement ML a changé de positions sur nombre de sujets importants. Cependant, cette vérité abstraite n’est pas pertinente dans le contexte présent.

Au premier pôle, se tient la bourgeoisie et ses alliés qui mènent une guerre sanglante contre les Irlandais et accroissent leur oppression néo-fasciste sur les sections les plus opprimées du peuple en Grande-Bretagne. A l’autre pôle se tiennent ces éléments opprimés et leur direction, en particulier le mouvement républicain. Où les communistes se tiendront-ils? Pas en tous cas au milieu des « si » et des « mais ». Non, nous devons tenir une position de soutien actif, explicite et constant vis-à-vis du peuple irlandais et de sa direction républicaine. Nous appelons tous nos amis et camarades à arborer cet appel à un soutien inconditionnel au mouvement républicain.

Source : http://www.marxists.org/history/erol/uk.hightide/rcl-soli.htm

2. Le combat pour la liberté de l’Irlande, par le Revolutionnary Communist Party (1984)

L’objectif premier de l’activité anti-impérialiste en Grande-Bretagne doit être la solidarité avec la lutte de libération nationale en Irlande. Nous avons la chance d’avoir un allié puissant dans notre combat contre nos exploiteurs : le peuple irlandais. Le combat pour la liberté de l’Irlande est une menace majeure pour la classe dominante britannique. C’est pour cette raison que l’Etat britannique dépense des ressources immenses pour la contenir, à la fois dans les Six Comtés et en Grande-Bretagne.

L’acceptation générale de l’oppression de l’Irlande par la Grande-Bretagne a permis à la classe dominante d’exciter le chauvinisme anti-irlandais. Ceci nourrit la réaction et donne à l’impérialisme un appui solide. Les travailleurs britanniques resteront incapables de défendre leurs intérêts de classe tant qu’ils acceptent la politiques de leurs maîtres concernant l’Irlande. De ce qui précède, il découle que le combat pour la liberté de l’Irlande jouera un rôle de pivot dans la révolution britannique.

Les travailleurs doivent rejeter toute solution britannique concernant l’Irlande. Ils doivent soutenir le combat du peuple irlandais pour l’auto-détermination de son propre futur et doivent exiger le retrait immédiat des troupes britanniques. Nous ne pouvons pas rester des spectateurs oisifs dans cette guerre, mais nous devons travailler à la défaite finale et sans retour de notre ennemi.

Source : http://www.scribd.com/doc/40531387/Preparing-for-Power-RCP-3rd-Ed-Aug-1984

Publicités
Cet article, publié dans Déclaration, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Honneur aux vaillants internationalistes de Grande-Bretagne

  1. Liam dit :

    Le RCLBML est un groupe pro-Albanais, du courrant Hardinal Bains. C’etait l’organisation soeur du CPI-ML irlandais et son journal « Red patriot ».
    Les groupes d’extreme gauche anglais les plus interessants etaient ceux qui ne demandaient pas « le retrait des troupes » mais ceux qui demandaient « la defaite de l’imperialisme anglais en Irlande » et « victoire aux republicains ». Les deux principaux etaient les freres jumaux du Revolutionary Communist Tenency. Le Revolutionary Communist Group/Irish Solidarity Movement dont le manifeste est ici:
    http://www.revolutionarycommunist.org/publications/rrtc.html
    etait tres actif. Il etait celebre pour son livre de 500 pages « Ireland – The Key to the British Revolution » (Irlande – La cle de la revolution Briannique) qui etait lu attentivement par les prisoniers republicains. « Belfast – Brixton meme combat » il cherchait a lier les emeutes en Angleterre avec le combat irlandais.
    Le Revolutionary Communist Party/Irish Freedom Movement etait probablement le premier a denoncer les derives reformistes dans le republicanisme et denonce le processus de paix avant meme les cessez le feu. (ie Mark ryan, War and Peace in Ireland: The IRA and the New World Order, 1994)
    Le groupe Red Action lui participe carrement aux operations de lutte armee
    http://libcom.org/library/red-action-ira-london-bombs-independent
    Il a ete un moment tres proche de l’INLA avant de se liquider dans du soutien aux Provos et la capitulation.
    Le groupe « THE LENINIST » actif dans le CPGB etait aussi interessant. Leur journal The Leninist avait des titre en premiere page comme « The Bourgeoisie wants reforms – The comrades want AK47! » (la bourgeoisie veut des reformes, les camarades veulent des AK47). Quand il y a eu l’attentat de Brighton, The Leninist met en premiere page une photo de l’hotel apres l’attentat avec comme titre une citation du programme du CPGB en 1921 du style « Le CPGB applaudit la lutte armee des republicains ».

  2. LOR dit :

    Vous connaissez peut etre la fameuse photo de John Lennon avec le slogan « For the IRA against British Imperialism » ?
    http://redmolerising.wordpress.com/2010/09/15/for-the-ira-against-british-imperialism/
    Au fait j’ai laisse un commentaire plus tot ce matin mais il n’apparait pas, est-il passe?

    • oui l’administration l’a validée. le mieux est de mettre toujours la même pseudo adresse, une fois validée par l’administration, celle-ci permet à tes commentaires de passer directement sur le site et ainsi et tu n’embêteras plus l’administration lol

  3. peadar dit :

    Le groupe “THE LENINIST” actif dans le CPGB etait aussi interessant. Leur journal The Leninist avait des titre en premiere page comme “The Bourgeoisie wants reforms – The comrades want AK47!” (la bourgeoisie veut des reformes, les camarades veulent des AK47). Quand il y a eu l’attentat de Brighton, The Leninist met en premiere page une photo de l’hotel apres l’attentat avec comme titre une citation du programme du CPGB en 1921 du style “Le CPGB applaudit la lutte armee des republicains”.

    ici un site qui publie la correspondance entre un prisonnier de l’IRA et un membre de The Leninist :

    http://irelandsalternative.blogspot.com/2008/10/brian-keenen-iral-leader-speaks.html

  4. peadar dit :

    Le RCLBML est un groupe pro-Albanais, du courrant Hardinal Bains. C’etait l’organisation soeur du CPI-ML irlandais et son journal “Red patriot”.

    NENNI!

    il semble que tu confondes le RCLB (ML) pro-chinois
    avec le RCPB (ML) pro-albanais!

    négligence scandaleuse!

    le RCPB (ML) qui avait Cornelius Cardew dans ses rangs fut fondé sur les cendres du CPE (ML) lui-même issu du groupe The Internationalists (Hardial Bains). C’est donc ce groupe qui avait des filiales en Irlande, Grande-Bretagne et Canada

    source : http://www.marxists.org/history/erol/uk.hightide/index.htm

  5. Liam dit :

    « un prisonnier de l’IRA »
    Le grand chef de l’IRA!
    http://en.wikipedia.org/wiki/Brian_Keenan_(Irish_republican)
    Le RCPB comme le CPI-ML a d’abord ete pro-chinois avant de virer pro-Albanais. Il n’y a pas de confusion entre les deux, juste une evolution politique.

  6. peadar dit :

    j’ai bien vu que le RCPB était mao avant de devenir hodja, je ne parlais pas de cela mais de la confusion que tu as faite entre le RCLB et le RCPB.

    le texte mis en français est un texte du RCLB.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s