Le prisonnier palestinien Khader Adnan à l’article de la mort au moment de son cinquantième jour de grève de la faim

Source : Republican Sinn Fein – 5 février 2012

Geraldine McNamara, porte-parole de Republican Sinn Féin, a appelé la communauté internationale à protester par tous les moyens possibles contre le gouvernement israélien pour dénoncer le sort qui est fait au prisonnier politique Khader Adnan et à ses co-détenus. Khader Adnan a atteint le cinquantième jour de sa grève de la faim contre les conditions pénitentiaires dans la prison israélienne d’Ofer. Cette grève implique aussi le refus des liquides, puisque ses geôliers avaient commencé à le nourrir de force d’aliments liquides pour le maintenir en vie. En signe de solidarité, des douzaines de jeunes militants de Gaza ont annoncé qu’ils rejoignaient Adnan dans sa grève de la faim.

Adnan fait parti des quelque trois cents Palestiniens qui sont internés sans procès dans les prisons israéliennes, ce que les Israéliens appellent la « détention administrative ». Ce type de détention est une violation des Conventions de Genève, lesquelles bannissent la détention sans accusation. Les Israéliens ne sont pas les premiers à pratiquer ce genre d’internement sans procès, a dit Geraldine. Nous l’avons vue à l’œuvre dans les Six Comtés occupés quand Brian Faulkner légalisa cela en 1972. Ces internements ont aussi été utilisés dans la période 1916-1922 et pendant les campagnes des années 40 et 50.

Récemment, on l’a vu à Guantanamo. C’est pendant ces périodes de détention que les prisonniers sont continuellement torturés pour les forcer à passer aux aveux. Mais peu importe la vérité tant que l’oppresseur a le dessus et obtient ce qu’il voulait.

Les Palestiniens ont mené campagne depuis longtemps pour que leur Etat soit reconnu par les Nations Unies, mais ils sont aujourd’hui anéantis dans leur propre patrie. Les Nations Unies sont impliquées dans la question d’un Etat palestinien depuis 1947, mais 60 ans après, cette reconnaissance étatique n’a toujours pas été accordée aux Palestiniens, qui sont toujours opprimés et traités comme des réfugiés dans leur propre patrie.

La déclaration Balfour des Britanniques en 1917 qui soutenait la création d’un foyer national juif en Palestine a mené à une immigration massive de Juifs de l’Est de l’Europe principalement, et continue jusqu’à aujourd’hui. Aucune considération n’a été donné aux indigènes et le peuple palestinien se souleva en 1937 et continua le combat pour la reconnaissance de ses droits à l’indépendance et à un Etat.

La résolution 181 des Nations Unies de 1947 proposait deux Etats indépendants en Palestine, l’un Juif et l’autre Arabe palestinien. Et là encore, personne n’a demandé l’avis et le consentement des populations indigènes. En 1948, Israël se déclara Etat indépendant et continua son expansion en Palestine. Depuis lors, le peuple palestinien a mené la lutte pour la justice et pour son droit à la liberté dans sa propre patrie.

Khader Adnan va mourir, à moins qu’il n’y ait une enquête immédiate sur l’illégalité de sa détention sans accusation et sur le cruel traitement qu’il a subi des mains de ses geôliers israéliens. Saleh Nasser, un des dirigeant du Front Démocratique pour la Libération de la Palestine, a appelé la cour internationale de justice à mener une enquête sur les pratiques de détention israéliennes et a manifesté son soutien pour la « bataille héroïque contre l’occupation israélienne et sa politique raciste », menée par Adnan.

Geraldine a fait remarquer que la communauté internationale avait élevé la voix en faveur de ce qu’ils appelaient le printemps arabe, mais qu’elle se trouve prise de laryngite dès qu’il s’agit du sort des Palestiniens, traités comme des gens sans Etat dans leur propre patrie.

Publicités
Cet article, publié dans Prisonniers politiques, Solidarités internationales, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le prisonnier palestinien Khader Adnan à l’article de la mort au moment de son cinquantième jour de grève de la faim

  1. peadar dit :

    La révolte en Palestine
    article du 26 mai 1936 paru dans le journal l’Humanité

    Par Gabriel Péri

    Depuis plus d’un mois – pour fixer une date depuis le 15 avril – la Palestine est en état de révolte ouverte. Les manifestations et les échauffourées sanglantes s’y multiplient. Les dernières journées ont fait 36 morts dans la population arabe, dans la population juive et dans le corps britannique d’occupation. De nouveaux renforts de tanks et d’autos bondées ont été envoyés vers la Palestine.

    Les évènements méritent de retenir l’attention et il est indispensable, à notre avis, de corriger les interprétations erronées qui peuvent surgir à leur propos. D’aucuns affirment volontiers que les troubles en Palestine ne sont, au demeurant, que le résultat de la propagande hitlérienne et des intrigues mussoliniennes. On nous permettra de ne pas souscrire à ce jugement.

    Que le fascisme hitlérien et le fascisme mussolinien s’efforcent d’utiliser sous les incidents de la vie internationale et de les exploiter pour leurs fins suspectes, nul ne saurait le contester. Mais on aurait tort de s’en tenir à ces données pour apprécier d’une façon correcte le mouvement palestinien. Port de Jaffa 1936 Port de Jaffa 1936 Aujourd’hui Jaffa est un quartier de Tel Aviv, après la colonisation

    Les Arabes se sont révoltés en 1929 alors que l’hitlérisme n’était pas au pouvoir et qu’aucune rivalité n’opposait la Grande Bretagne et l’Italie. La révolte palestinienne se rattache au mouvement général de rébellion qui agite tout le monde arabe, celui d’Egypte, et de Syrie, comme celui de Palestine.

    Cette révolte était-elle justifiée ? Nous croyons qu’elle est parfaitement justifiée. Nous ajoutons qu’à notre avis o se trompe lourdement en l’assimilant à un mouvement antisémitique. L’antisémitisme nous est profondément odieux. Mais ce n’est pas contre les juifs considérés comme tels que se rebellent les Arabes. C’est contre une forme d’exploitation imaginée et mise en train par l’impérialisme britannique.

    Au fond, sous prétexte de foyer national juif, s’est organisée en Palestine une véritable spoliation des Arabes. La grande société sioniste Keren Hayessod est spécialisée dans ces spoliations. Profitant de l’absence de titre de propriété chez les fellahs et les bédouins, elle se met d’accord avec un féodal -Cheikh- arabe pour s’approprier des terres.

    Après quoi, elle avise les fellahs qu’ils doivent abandonner la terre sur laquelle leurs ancêtres ont peiné pendant des siècles. Si les fellahs n’obtempèrent pas, la société appelle à la rescousse les soldats britanniques.

    conditionnement orange conditionnement orange Travailleurs « arabes » palestiniens conditionnant les célèbres oranges de Jaffa – 1936 Il y a mieux, une véritable chasse aux ouvriers arabes a été organisée par une autre organisation, l’Histadrouth. Chaque année, à la fête de la cueillette des oranges, de véritables expéditions punitives sont organisées par les troupes d’assaut sionistes sur les chantiers, dans les usines d’où les ouvriers arabes sont impitoyablement chassés.

    Voilà comment le sionisme organise des pogroms à rebours. Les méthodes que nous mentionnons sont très exactement celles que l’hitlérisme emploie à l’égard des juifs en Allemagne.

    Comment dans ces conditions, la population arabe ne s’insurgerait-elle pas avec vigueur ? Les chefs de cette révolte ont eu soin de répéter cent fois qu’ils n’entendaient pas donner dans l’antisémitisme. Ils veulent lutter contre l’impérialisme britannique et contre son allié le sionisme.

    Ils réclament l’arrêt de l’immigration juive passée de 80 000 en 1914 à 450 000 en 1935. Ce n’est pas là, quoi qu’on en dise, un mot d’ordre anti-juif. C’est dans le respect du droit d’asile, c’est dans la solidarité internationale contre le fascisme, et non pas dans la complicité avec une entreprise suspecte de spoliation, que nous entendons défendre la cause des juifs persécutés par l’hitlérisme.

    Les Arabes réclament en outre l’interdiction de toute vente des terres arabes. Ils préconisent la constitution d’un gouvernement national arabe.

    Ces revendications sont justes. Elles s’inspirent de la volonté d’un peuple de secouer une domination suffocante.

    La cause des travailleurs juifs, pourchassés par les dictatures fascistes, n’est pas celle des expropriateurs des grandes sociétés sionistes et de leurs troupes d’assaut. Elle se confond avec celle des opprimés de toutes couleurs et de toutes races qui ne veulent pas se laisser dépouiller.

  2. Geraldine McNamara dit :

    I wish I could read all the responses Georges but I think the support for this man is wonderful. long live Khadar Adnan and the Palestine peoples right to freedom

  3. Thanks Geraldine!
    the first comm’ is an article from 1936 written by french communist Gabriel Péri (he would become a martyr of the Resistance) explaining and supporting the rising in Palestine

  4. peadar dit :

    action d’agit-prop à CHICAGO pour Khader Adnan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s