« Ils pensent que la guerre est finie, mais cela leur montre bien que non ».

Le soldat qui vient d’échapper à une attaque à la bombe républicaine avait été ciblé via Facebook, révèle le Belfast Telegraph. La boulette sécuritaire qu’il vient de commettre aurait pu lui coûter la vie, alors qu’il se rendait à Belfast pour faire la fête.

Une semaine après la découverte de la bombe cachée dans sa voiture, de nouvelles informations indiquent qu’il y a eu toute une série de brèches dans la sécurité du militaire. Ces révélations sont accueillies avec fureur dans les services de sécurité, car ce sont ces failles qui ont permis que l’attaque puisse avoir lieu.

Le récit commence la semaine dernière avec la découverte de l’engin, dans la voiture du soldat, garée devant la maison de sa petite-amie à Ligoniel, quartier nord de Belfast. Il s’agit d’une grenade militaire volée aimantée sous le siège du conducteur, avec sa goupille reliée par un système à la ceinture de sécurité. Oglaigh na hEireann (ONH) est à l’origine de cet acte. Le groupe avait appris que trois soldats allaient passer dans cette maison pendant la période des vacances. Autre faille de sécurité, les soldats furent filés alors qu’ils passaient par Andersonstown à Belfast-ouest, puis furent observés alors qu’ils prenaient un taxi vers le centre-ville.

ONH apprit l’identité de l’un des soldats, identité qui put être confirmée grâce à sa photo sur Facebook. D’après une source, cette photo le montre en uniforme assis sur un tank. Le groupe républicain dissident s’est aussi servi de Facebook pour recueillir des renseignements sur le soldat avant de l’attaquer. Les dissidents expliquent que ce soldat écossais, qui a récemment servi en Afghanistan, a rencontré sa petite-amie belfastoise sur Facebook. Et c’est lui qui fut pris pour cible de l’attaque à la grenade, mais qui, heureusement, découvrit l’engin. Cependant, les allégations prétendant qu’il n’avait pas fermé la portière de sa voiture sont peut-être fausses.

La semaine dernière, de nouveaux développement ont eu lieu : vendredi dernier, trois membre d’ONH, masqués, ont frappé à la porte et ont prié la jeune femme de quitter les lieux, lui donnant jusqu’à minuit pour faire ses valises. Une source nous confirme qu’en effet, « elle est partie ». Au fur et à mesure que l’histoire s’ébruite, nous apprenons que ce sont les trois soldats, et non pas un seul, qui sont menacés. Un dissident explique que la visite au domicile de la jeune femme n’avait « rien de discret ». Notre source d’information conclut ainsi : « Ils pensent que la guerre est finie, mais cela leur montre bien que non ».

Le Belfast Telegraph a révélé samedi que les autorités policières étaient furieuses de ces manquements à la sécurité qui ont permis cette menace de mort sur le soldat. Une source des services de sécurité a dit au journal : « L’Armée doit tirer cette affaire au clair. Ces gars devraient penser à deux fois à leurs allers et venues tant qu’ils sont ici. »

Source : http://www.belfasttelegraph.co.uk/news/local-national/northern-ireland/dissident-republican-bomb-attack-was-targeted-using-facebook-16102361.html

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles du front, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « Ils pensent que la guerre est finie, mais cela leur montre bien que non ».

  1. Ekintza dit :

    Haha, fesse de bouc marche donc dans les « deux sens » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s