RSF : Une politique minable dans un Etat minable

Cet article au sujet des élections présidentielles dans le Free State est écrit par Des Dalton, président de Republican Sinn Féin. Pour le comprendre, il faut avoir en tête que les républicains ne reconnaissent comme légitimes ni l’Etat du Sud, les 26 comtés, ni celui du Nord, les 6 comtés.

L’élection présidentielle des 26 comtés, appelons-la comme cela sans la prendre au sérieux, est une farce qui traîne en longueur et dont l’obscénité se mesure à son coût, estimé à 20 millions d’euros, et au fait qu’elle sert à l’élite politicienne de distraction opportune pour dévier l’attention loin des âpres réalités économiques endurées par le peuple irlandais, dans l’ensemble des 32 comtés.

Ce poste de président est en lui-même insignifiant, vide, sans poids politique. C’est une création de Éamon De Valera qui avait voulu remplacer ainsi, dans la Constitution du Free State de 1937, l’ancien poste de Gouverneur Général. L’absence de vigueur qu’on remarque dans la rhétorique des candidats reflète la superficialité de cette position bien payée qu’ils convoitent tous.

Martin McGuinness nous explique qu’il veut une « Nouvelle République ». Martin pourra peut-être nous expliquer comment il compte nous « mener à la République » [allusion à une phrase très connue de McGuinness lors du congrès de Sinn Fein provisoire en 1986, où il expliquait que la lutte armée n’arrêterait pas et que l’IRA provisoire les mènerait à la République] depuis son cabinet.

Martin a dit qu’il défendrait coûte que coûte toutes les institutions de l’Etat des 26 comtés, y compris son armée et sa police. Au moins, voilà quelque chose de cohérent venant de lui, qui a déjà prêté un serment identique vis-à-vis des institutions de la domination britannique dans les 6 comtés. Quand Martin soutient la partition, c’est du tout ou rien!

Cette élection est une parodie de démocratie, c’est un air de flûte joué alors que l’incendie est dans Rome. La classe politique joue ses petits jeux, dans l’espoir de divertir les gens au point qu’ils ne remarquent plus que leur pays et leur avenir sont en train d’être vendus. Tous les éléments qui concourent à créer une société civilisée – l’accès aux soins pour ceux qui en ont besoin, l’accès égal à l’éducation, la protection sociale des jeunes, des vieux, et de ceux qui ont des besoins spécifiques, physiques ou mentaux – sont en train d’être sacrifiés. Les conséquences en seront senties non seulement par la génération présente, mais aussi par les générations à venir.

Par conséquent, pendant que les ritournelles rhétoriques et autres platitudes sont entonnées par les divers candidats qui nous demandent de « croire aux gens », qui prétendent « encourager et inspirer » ou, Dieu nous en garde, « construire des ponts », souvenez-vous que vous pouvez manifester votre dégoût et votre révolte face à cette politique minable dans un Etat minable. Vous pouvez rester chez vous le jour des élections, ou si vous ressentez le besoin d’aller aux bureaux de vote, écrivez un slogan bien senti sur le bulletin pour leur dédicacer votre propre message de protestation et votre aspiration à une Irlande Nouvelle véritable.

Source : http://thesingingflamedesdalton.blogspot.com/

Publicités
Cet article, publié dans Déclaration, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour RSF : Une politique minable dans un Etat minable

  1. schneider1837 dit :

    Ici, au Québec, tous les députés qui se disent souverainistes et jamais républicains, prêtent
    serment d’allégeance à la Reine d’Angleterre. Seul le Comité national républicain les accuse publiquement de se parjurer en se prêtant à cette triste mascarade.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s