Le Free State met ‘Baie d’or’ en prison

Source : Saoirse du mois d’octobre

Teresa Treacy est une femme de 65 ans, de Tullamore dans le comté d’Offaly, qui a été mise en prison le 12 septembre par le juge Daniel Herbert, sous le coup d’une accusation montée par ESB (équivalent de EDF) et EirGrid.

Teresa Treacy qui tient une ferme avec sa soeur Mary à Woodfield House, dans le lieu-dit de Clonmore, à Tullamore dans le comté d’Offaly, avait refusé l’accès de ses terres à ESB, afin de protéger l’environnement  naturel et les arbres d’espèces indigènes dont elle s’occupe depuis des années. En janvier 2006, ESB prévoyait de construire une ligne électrique de 110 kV de Cushaling à Thornsbury. Le plan prévoyait des structures de bois et de métal s’échelonnant à des intervalles de 200 mètres sur une distance de 32 km, traversant les terres des propriétaires locaux.

Mme Treacy a fait connaître ses objections dans de multiples courriers à l’ESB et les a rencontrés à de multiples reprises pour leur demander que les lignes électriques soient construites sous terre parce que a) les lignes souterraines sont considérées comme une meilleure chose dans toute l’Europre, et que b) elle a toujours soigné et bonifié ses terres, habitat naturel qui comprend des arbres d’espèces indigènes, jeunes et vieux, qu’elle a plantés elle-même ou dont elle s’est occupé, à destination des générations futures, en tant que ressources naturelles durables.

Il leur fut également rappelé que l’ESB avait décidé en 2006 de faire passer sous terre la ligne électrique de 38 kV du Bantry, qui va de Colomane à Ballylickey, suite à des protestations énergiques de résidents qui refusaient que cette ligne soit construite au-dessus de leurs têtes. Et lorsque le projet de ligne Cushaling-Thornsbury fur proposé au début de l’année 2006, il rencontrait une vive opposition de la part des 90 propriétaires concernés en Offaly. On commençait à discuter de la possibilité technique d’un enfouissement de la ligne.

Mais l’ESB, craignant qu’un précédent ne soit ainsi créé, se servit de l’Association des Fermiers Irlandais pour négocier des compensations avec les propriétaires, qui sont pour la plupart fermiers. Et donc en été 2011, Teresa Treacy était la dernière à refuser l’accès à l’ESB. Dans une déclaration faite juste avant d’entrer dans la prison de Mountjoy pour refus d’appliquer une décision de justice, Teresa Treacy a dit qu’elle avait tenté de parler à l’ESB pendant 5 ans et demi.

« La route traverse notre forêt et les vieille haies de clôture de Whitethorn. Pendant plus de 25 ans j’ai donné tout mon temps et mes efforts pour faire de ces terres un endroit de beauté naturelle et tout d’un coup il peut être détruit par des lignes à haute tension passant par les forêts qui jouxtent le vieux pont, le vieux sentier et les jeunes bosquets de chênes et de hêtres que j’ai planté voici vingt ans. J’ai passé beaucoup de temps à tailler les arbres et à couper des ajoncs de mes mains. J’en ai rempli des seaux d’eau de rivière pour que ma forêt soit un modèle! Tous mes arbres ont été taillés individuellement pour faciliter leur croissance. Il y a déjà 10 poteaux électriques de l’ESB sur nos terres, nous pensons que nous avons assez fait de concessions pour le bien commun. Notre terrain, c’est le sang de notre vie, sa beauté s’étend des prés à la rivière et aux marais, tout n’y est que flore et faune naturelle. »

Mme Treacy restera en prison jusqu’au moment où elle « purgera son refus d’appliquer les décisions de justice » en acceptant de s’y soumettre.

La loi de 1977 sur l’électricité stipule, article 1927, section 53, 1ère partie, que : « ESB, ainsi que tout autre maître d’oeuvre, conformément à ce que prévoit cette section et conformément aux réglements de l’ESB sous le régime de cette loi, doit poser les lignes électriques au-dessus du sol ou sous la terre lorsqu’il s’agit d’un terrain qui n’est ni une rue, route, chemin de fer ou de tramway. »
Des photos des arbres et des terres de Teresa peuvent être regardées ici : http://www.indymedia.ie/article/100498.

Le premier octobre, 4.081 personnes avaient signé une pétition en ligne demandant sa libération. Selon un porte-parole du comité de soutien à Teresa Treacy qui s’est informé auprès d’un gardien de prison, 25.000 lettres et e-mails ont été envoyés à la prison pour soutenir sa cause.

Fin septembre-début octobre, des manifestants ont tenté d’empêcher l’abattage des arbres sur le site. Le travail s’est arrêté pendant le week end, mais ESB et Eiregrid ont fait savoir que la majorité des arbres avait été abattue et qu’il suffirait d’un jour et demi pour finir la besogne. Un porte-parole du groupe des manifestants a affirmé que bien qu’une grande quantité d’arbres ait déjà été coupée, « là où les arbres sont abattus, les gens replantent de nouveaux arbustes. Quant au terrain de Mme Treacy, il est protégé par un campement de protestation, qui a reçu la visite de plus de 100 personnes lors des derniers jours. » Il a ajouté que trois pépinières « de tout le pays » avaient fait don d’arbustes à planter sur le terrain.

Publicités
Cet article a été publié dans Nouvelles du front, Prisonniers politiques, social, vie quotidienne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s