Liam O Ruairc : Au sujet d’une biographie de Bobby Sands

Un livre vient de sortir en français, « Bobby Sands, jusqu’au bout », qui est une traduction de la biographie du combattant républicain tombé en grève de la faim en 1981, écrite par Denis O Hearn il y a six ans. Voici la critique qu’en avait faite Liam O Ruairc, qui vaut donc évidemment pour sa version française.

Une nouvelle biographie de Bobby Sands, qui est incontestablement le plus puissant symbole individuel de la campagne de résistance du mouvement républicain, vient de sortir à l’occasion du 25è anniversaire des grèves de la faim. Denis O Hearn, l’auteur du livre, est un professeur mais aussi un militant politique (qui avait dans le passé été lourdement frappé par l’IRA officielle). Il fait savoir que ces dernières années, une ‘industrie’ prolifique s’est développée autour du thème des grèves de la faim, avec nombre de célébrations, de conférences, de pièces de théâtre, de publications, de films et de marchandises. Ce livre fait partie de cette ‘industrie’ en expansion. Il s’agit d’une tentative d’appropriation et de contrôle de l’héritage des grévistes de la faim dans le but de légitimer les politiques actuelles et d’en tirer profit sur le plan électoral. Le livre de O Hearn a été adoubé par la direction [des Provisoires] et a été mis en avant dans une quantité de publications proches du mouvement provisoire. (D’ailleurs, le livre est publié en collaboration avec la Provisional Left Republican Review).

Lors de la promotion du livre à sa sortie, le fait le plus effarant a été l’allégation absolument mensongère selon laquelle l’auteur avait pu compter sur la coopération et l’aide de la soeur du gréviste de la faim dans la rédaction du livre. Marcella Sands, dont le nom a été utilisé comme nom de plume par Bobby Sands pour certains de ses écrits de prison, est en effet mentionnée par l’auteur comme ayant contribué au livre. Or Marcella Sands a écrit une lettre au Forum Magazine et à nombre de journaux nationaux pour démentir cette allégation et rétablir la vérité.

Comme elle le dit : « D’après cet article, Denis O Hearn, l’auteur du livre, « remercie Marcella, la soeur du gréviste de la faim, pour son aide. » Cela suggère que j’ai aidé ou participé d’une façon ou d’une autre à la rédaction du livre et que par conséquent je le reconnais. Une telle chose est trompeuse et fausse. Je souhaite déclarer catégoriquement que je n’ai aidé en aucune façon M. O Hearn, ni moi ni qui que ce soit de ma famille,  et que nous ne reconnaissons pas ce livre. En fait, c’est le contraire qui est vrai, puisque ce livre contient une quantité d’inexactitudes factuelles. »

L’article du Forum conclut par ces mots : « Le verdict négatif de Mme Sands a lourdement entamé la crédibilité de ce livre » (John Hanley, ‘Sands book controversy’, Forum Magazine, février/mars 2006).

Pendant des années, la famille Sands a été en litige avec la Fondation Bobby Sands, dominée par Sinn Féin [provisoire], au sujet de l’usage de ses écrits et de son image mises au service de la promotion de la politique des provisoires. La famille Sands a même envisagé d’intenter une action en justice.

La famille de Bobby Sands affirme que « les idéaux pour lesquels Bobby est mort et sur lesquels a été fondée la Fondation ont été abandonnés ». Un porte-parole de la famille dit de son côté « que nous soient retournés sa propriété (ses écrits de prison) et qu’ils (Sinn Féin [provisoire]) arrêtent d’utiliser Bobby Sands comme une marchandise ». Voir à ce sujet Joe Oliver, ‘Sands family in row over trust’, Irish Examiner du 30 juin 2000; Ed Moloney, ‘Sands’ family considering legal action against the Bobby Sands Trust’, Sunday Tribune, du 2 juillet 2000 and Henry McDonald, ‘Republicans feud over hunger striker’s legacy’, The Observer du 18 mars 2001.

Il n’est donc pas surprenant qu’ils soient forts mécontents de la biographie de O Hearn. Toutefois, s’il est vrai que le livre comporte de « nombreuses erreurs factuelles » comme l’affirme Marcella Sands, celles-ci ne sont pas évidentes à première vue. Les recherches menées dans ce livre sont en fait très valables. La plupart des informations concernent les années de prison de Sands, et l’auteur a mené beaucoup d’interviews inédites avec ses anciens co-détenus et avec des gardiens de prison, des prêtres, etc. Le livre de O Hearn est assez bon en ce qui concerne l’impact international de la grève de la faim de Sands, son influence sur les Sud Africains ou les Zapatistes par exemple. Le livre est d’une lecture intéressante et il n’y a pas grand chose de controversé dans ce qu’il dit.

Néanmoins, « ce qui lui manque, c’est la mesure du sérieux du sacrifice de Sands et de sa signification, ce qui est obligatoire après les dizaines d’années qui nous séparent de sa mort. » (Ed Moloney, ‘The IRA’s Empty Victory’, Washington Post, du 28 février 2006). En particulier, l’auteur ne met pas assez l’accent sur les profondes divisions qui existent au sujet de son héritage. A la fin du livre, O Hearn cite Bernadette Sands qui explique que « Bobby n’est pas mort pour des organismes transfrontaliers pourvus de pouvoirs exécutifs. Il n’est pas mort pour que les nationalistes soient des citoyens britanniques à part entière dans l’Etat du Nord. » (Magill, janvier 1998).

A cette accusation, l’auteur répond que même si personne n’est en mesure se savoir ce que penserait Sands aujourd’hui, la majorité de ses camarades soutient l’accord de Belfast. Mais les conditions carcérales obtenues par les grévistes de la faim il y a 25 ans et pour lesquelles Sands est mort ont été rayées de la carte suite à l’accord de 1998. Et les prisonniers républicains sont à nouveau caractérisés comme criminels par le gouvernement britannique et sont forcés de lutter pour leur statut.

La grève de la faim de 1981 est aujourd’hui l’objet d’une révision historique d’importance. L’année dernière, Richard O Rawe, qui était le numéro 2 de l’IRA et porte-parole des prisonniers pendant la grève de la faim de 1981, a publié un livre polémique intitulé Blanketmen. (Richard O Rawe, Blanketmen: an untold story of the H-Block hunger strike, New Island Books, 2005).

D’après O Rawe, à un moment crucial, juste après la mort de quatre prisonniers, le gouvernement britannique avait fait une proposition secrète pour mettre fin à la grève de la faim, qui aurait satisfait 80% de leurs exigences. La direction de l’IRA en prison, lui-même y compris, avait accepté cette offre. Un message avait été passé à Gerry Adams disant que les prisonniers voulait accepter ce deal. O Rawe pense qu’Adams les a ignorés pour que la grève de la faim continue et que plus d’hommes meurent, procurant ainsi une base sur laquelle Gerry Adams pourrait lancer une stratégie électorale et amener Sinn Fein sur la voie de la politique électorale.

Comme le dit Ed Moloney : « Si Richard a raison, cela veut dire que Mme Thatcher a tué 4 grévistes de la faim, mais que Gerry Adams en a tué 6, qu’il a tué 6 de ses collègues ou qu’il a laissé mourir six de ses propres collègues pour faire avancer ses ambitions électorales. »  (http://www.democracynow.org/article.pl?sid=05/07/29/1420248).

Les révélation de O Rawe ont suscité une grande controverse, que le livre de O Hearn ignore pour se cantonner à une version « officielle » des événements. D’ailleurs dans son article ‘The limits of memory’ (Village March du 18 décembre 2005), O Hearn affirme que la version de O Rawe est à mettre sur le compte d’une « mémoire défaillante ».

O Hearn a raison de caractériser Bobby Sands comme un Che Guevara irlandais. Si l’on fait abstraction des parallèles politiques, Sands, comme le Ché, est devenu une icone commerciale.

Source : http://londonbookclub.co.uk/?p=146

Publicités
Cet article, publié dans Biographie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Liam O Ruairc : Au sujet d’une biographie de Bobby Sands

  1. Liam dit :

    L’abominable Bobby Sands Trust fait de la pub pour la version francaise

    http://www.bobbysandstrust.com/archives/2382

  2. peadar dit :

    récupération typique des charognes fascistes qui « soutiennent » l’irlande par haine chauvine des anglais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s