Querelle diplomatique au sujet des crimes sexuels commis par les prêtres

Dans le sillage de la publication d’un rapport mettant en cause la hiérarchie de l’Eglise catholique dans la « gestion » des crimes sexuels perpétrés par ses ministres, une polémique a lieu entre l’Etat des 26 comtés et le Vatican, qui se renvoient la balle au sujet de la responsabilité de ces crimes terribles.

Le Vatican a annoncé, lundi 25 juillet, avoir rappelé son représentant en Irlande en réponse à une motion adoptée par le Parlement irlandais et aux critiques du premier ministre accusant l’Eglise catholique d’avoir couvert des exactions à caractère sexuel commises sur des enfants.

L’achevêque Giuseppe Leanza, nonce apostolique (ambassadeur) à Dublin, a été rappelé pour consultations, a précisé le père Ciro Benedettini, porte-parole adjoint du Vatican. La mesure est inhabituelle.

Le 20 juillet, le premier ministre irlandais avait accusé l’Eglise catholique, et le Saint-Siège en particulier, d’avoir entravé les enquêtes après la publication d’un rapport sur des actes pédophilies commis en 1996 et 2009 par dix-neuf prêtres du diocèse de Cloyne, dans le sud de l’Irlande.

« VIOL » ET « TORTURE » D’ENFANTS

Ce rapport a conclu que la réponse des autorités catholiques irlandaises dans cette affaire avait été « inadéquate et inappropriée ». « Pour la première fois en Irlande, un rapport sur les abus sexuels commis sur des enfants expose une tentative du Saint-Siège d’entraver une enquête dans une république souveraine et démocratique, survenue aussi récemment qu’il y a trois ans, et non trois décennies », avait commenté le premier ministre irlandais, Enda Kenny.

« Le viol et la torture d’enfants ont été sous-estimés ou ‘gérés’ pour ménager l’institution, son pouvoir et sa réputation », avait-il poursuivi, estimant que le rapport mettait au jour « le dysfonctionnement, la déconnection (des réalités), l’élitisme, le narcissisme qui dominent la culture du Vatican à ce jour ».

Le lendemain de ces déclarations, le Vatican avait assuré qu’il répondrait en « temps opportun » au gouvernement irlandais, tout en appelant à « l’objectivité ». Le Vatican souhaite « que le débat en cours sur des sujets aussi dramatiques se développe avec l’objectivité nécessaire de manière à contribuer à la cause qui tient le plus au cœur de tous, c’est-à-dire la sauvegarde des enfants et des jeunes et le renouvellement d’un climat de confiance et de collaboration dans l’Eglise et dans la société », avait déclaré son porte-parole, le père Federico Lombardi.

Source : Le Monde

Publicités
Cet article, publié dans social, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s