RSF : Les prisonniers de guerre refusent leur criminalisation

Déclaration du 19 juillet 2011.
source : IRIS

La situation dans la prison de Maghaberry a empiré ces derniers mois, alors que David Ford, ministre britannique de la justice a balayé d’un revers de la main un rapport qui pourrait résoudre l’impasse dans la prison. Les éléments qui figurent dans ce rapport ont été compilés par Chris McCabe, ancien directeur politique du Bureau des Affaires Nord-Irlandaises, Peter Bunting, secrétaire général assistant du Congrès Irlandais des Syndicats, et par deux négociateurs experts en résolution de conflits, la hollandaise Fleur Ravensbergen et Conal McFeely, de Derry.

Depuis huit mois, David Ford est en possession de ce rapport, tout comme le sont sans doute ses chefs, Peter Robinson et Martin McGuinness, respectivement premier ministre et premier ministre assistant [de l’entité régionale nord-irlandaise], mais Ford a refusé de prendre quelque mesure que ce soit au vu du rapport et cherche à couvrir son inaction en accusant les prisonniers républicains.

Les fouilles corporelles intégrales des prisonniers de guerre, humiliantes et non-nécessaires, sont un obstacle majeur à la résolution du conflit et une cause majeure du déclenchement de la révolte des prisonniers de guerre. Les hommes ont été poussés à prendre des mesures drastiques, parce qu’ils refusent la politique britannique de criminalisation, une politique qui a été discréditée par des centaines de prisonniers de guerre, dans une mouvement qui a culminé avec la mort de Bobby Sands et de ses neuf camarades dans le Blocs-H en 1981.

Lors des 13 derniers jours (la grève de l’hygiène a commencé le 5 juin, nous rappelant à notre plus grande horreur les célèbres conditions de détention dans les Blocs-H), les prisonniers ont été bloqués dans leurs cellules 24h/24 et on leur a refusé toute visite à cause de leur refus d’être désignés comme criminels, ce qui est une position comparable à celle qu’avait prise Bobby Sands et ses camarades. Les parents et amis des prisonniers sont eux aussi pris à partie, de manière à ce qu’une pression supplémentaire soit infligée aux prisonniers, y compris la fin des visites tant qu’ils n’auront pas capitulé dans leur juste protestation.

On interdit aux prisonniers de guerre de sortir de leurs cellules pour la douche ou pour la promenade. Ils vivent dans un « tombeau » depuis deux semaines et cela n’a pas l’air de devoir finir. Tout a été retiré de leurs cellules, sauf les matelas.

Le siège BOSS est un engin moderne qui scane le corps des prisonniers pour y déceler des choses cachées, il est avéré que ce système est plus efficace et pratique que le système inhumain et archaïque où le corps nu du prisonnier est fouillé à la main, de gré ou de force.

Un de ces sièges est déjà utilisé dans la prison. Cependant, chose étrange, à chaque fois que les prisonniers entrent et sortent de la prison, pour se rendre au tribunal ou à l’hôpital, on leur fait subir cette vile fouille corporelle : pour quelle raison?

Il y a un projet inavouable dans cette affaire, mais est-ce une politique ou du sectarisme déguisé? La réponse réside sans doute dans la mentalité qui prévaut dans l’administration pénitentiaire, chez les gardiens de prison, et jusqu’au sommet du gouvernement britannique lui-même. La gestion quotidienne de la prison est menée presqu’exclusivement par des hommes et des femmes de mentalité loyaliste/unioniste, animés par la volonté explicite de rendre la vie la plus difficile possible aux prisonniers de guerre républicains. C’est cette même mentalité qui existait à l’époque des Blocs-H.

Ces faits, au trentième anniversaire des martyrs des Blocs-H, constituent un lourd acte d’accusation contre les autorités britanniques et de Stormont, qui cherchent encore et toujours à criminaliser les prisonniers politiques républicains.

Josephine Hayden
POW Department Republican Sinn Fein
223, Parnell Street
Dublin 1

Cet article, publié dans Prisonniers politiques, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s