Les pleurs de l’Oncle Ho

« La guérilla continuait sans faiblir. Des villages, comme celui de Balbriggan, furent incendiés dans l’espoir de subjuguer les forces républicaines. Les troupes anglaises firent également subir ce sort funeste à ville de Cork. Le 25 octobre 1920, le maire de Cork du parti Sinn Féin, Terence McSwiney, qui était enseignant, poète et dramaturge, mourut dans la prison de Brixton à Londres, après 74 jours de grève de la faim.

Un jeune vietnamien, qui gagnait sa vie en faisant la plonge dans les cuisines de l’hôtel Carlton de Londres, fut bouleversé et pleura lorsqu’il apprit la nouvelle. « Une nation qui a de tels citoyens ne se rendra jamais » dit-il. Son nom était Nguyen Ai Quoc. Il adopta en 1941 le nom de Ho Chi Minh et se souvint des enseignements du combat anti-impérialiste irlandais lorsqu’il revint dans son propre pays. »

Peter Berresford Ellis, A History of the Irish Working Class

Publicités
Cet article, publié dans antifascisme, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s