Rachel Peavoy, morte de froid dans son appartement sans chauffage

Une enquête vient de révéler qu’une jeune dublinoise, mère de deux enfants est morte d’hypothermie pendant la période la plus froide de janvier, après que la municipalité eût refusé de lui rétablir le chauffage.

Rachel Peavoy, âgée de 30 ans, habitant Shangan Road, à Ballymun, dans la banlieue de Dublin, a été retrouvée morte dans son appartement le 11 janvier 2011. Le médecin légiste a conclu qu’elle était morte d’hypothermie.

La dernière personne à qui madame Peavoy avait parlé fut sa mère, Celine, la veille de sa mort. Elle lui avait dit de prendre soin de ses fils, Leon et Warren, et qu’elle allait couper son téléphone parce qu’elle avait du mal à dormir. Le lendemain, après de nombreuses tentatives de la joindre au téléphone, son frère Leon Peavoy et son amie Jaqueline Johnston allèrent la voir chez elle. C’est là, dans la chambre à coucher, que madame Johnston trouva le corps mort de son amie de longue date.

L’enquête a découvert que la municipalité de Dublin avait coupé le chauffage de l’appartement de madame Peavoy. Cette mère seule avait pris contact avec les services municpaux à ce sujet, mais il lui fut répondu que le chauffage ne serait pas remis en route parce qu’un grand nombre d’appartements autour du sien étaient vides et qu’un nouveau système de chauffage allait être installé.

Ciaran Craven, l’avocat de la famille Peavoy a dit aux enquêteurs que l’ex-ministre du logement, Noel Ahern, avait été contacté par madame Peavoy et par sa famille à ce sujet, et qu’il avait représenté les intérêts de madame Peavoy à de nombreuses reprises. Maître Craven a confirmé aux enquêteurs que l’appartement de madame Peavoy était « dangereusement froid » pendant ce mois de janvier où Dublin s’est recouvert de neige. En appelant à une enquête, il a expliqué qu’il s’agissait d’une affaire où « une jeune femme qui ne souffre d’aucune maladie meurt d’hypothermie », et qu’il y avait « un lien incontestable entre cette mort et l’absence de chauffage. »

Dans une des notes de l’enquête, on peut lire que le policier qui a fait les premiers constats avait remarqué que l’appartement était « extrêmement froid ». Le médecin de madame Peavoy a de son côté expliqué qu’elle lui avait demandé d’écrire une lettre pour la soutenir dans sa demande de chauffage. L’enquête au sujet de cette mort est ajournée jusqu’au 24 février afin de recueillir d’autres informations concernant cet appartement. La victime, qui souffrait d’un trouble de la personnalité ‘borderline’, souffrait également de douleurs au dos.

source : http://www.examiner.ie/ireland/froze-to-death-in-flat-143613.html

Publicités
Cet article a été publié dans social, vie quotidienne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Rachel Peavoy, morte de froid dans son appartement sans chauffage

  1. dan29000 dit :

    Le capitalisme tue, un par un ou par milliers dans leurs guerres, hier et aujourd’hui, à nous la responsabilité qu’il en soit différemment demain. Il faut détruire le capitalisme avant qu’il ne finisse de nous détruire. Résistance tous ensemble !

  2. RM dit :

    pays de merde vraiment je sais pas ce que les français viennent foutre ici, suis là depuis 2 semaines et c’est horrible: pas de chauffage dans les familles d’accueil une horreur! pourtant les gens ont 3 bagnoles, ils sont fous ces irlandais! la france me manque à un point, suis là que pour l’anglais

  3. théodule dit :

    Les gens chez qui tu es ont 3 bagnoles et pas de chauffage?

  4. Monier Alain dit :

    Bonjours, cela peut se passer dans beaucoup de pays Europeens, je crois que le gouvernement francais a influer sur le gaz et l’electricite pour eviter ce genre de derapage. La France a beaucoup de choses a se reprocher, mais que l’Irlande prenne exemple sur les Anglais en ce domaine et loin d’etre un signe d’intelligence humanitaire. Que le systeme qui est le notre et qui ne fonctionne qu’a l’argent et ses interets est une evidence regrettable. Je ne crois pas que cela soit le seul systeme maheureusement. Les services de Sante applique le principe de soins d toute personne porte dans un centre de soin et les sauvent bien souvent. Par contre il n’y a pas de continuite sociale en Europe pour ceux qui comme Rachel sont sacrifies sur l’hotel du « demmerde toi c’est ton probleme »., d’autant plus qu’il faut faire des economies sur le social pour sauver les banques. Deux mesures qui ne parraissent pas contradictoire aux citoyens que nous sommes. Je dirai pour ma part qu’il y a 2 attitudes en Fonction des Regimes. Ceux qui comme le notre on perdu la boule, joue de l’humanisme sentimental, qui varient dans leurs attitudes suivant les conditions, les circonstances., les interrets en jeu. Il y a aussi les autres dans le monde et je pense a la « Chine » en particulier, qui se moquent de ses citoyens pauvres ,les laissant vivre dans des conditions deplorables, ou la mort a grande echelle donc le nombre a plus d’effet sur les dirigeants que l’individu particulier.Et a d’autres. encorec. En fait beaucoup de Pays quelle qu’en leur exploitation politique ont vraiment d’autres intentions que de proteger leur Peuple, qui sert souvent d’alibi a des choix. desastreux. Les pressions exterieures, qui existent bien entendue dans ces pays, mais elles ne sont plus totalement envisageable. « Chacun pour soi Dieu pour tous » « a chacun ce qu’il peut pretendre dans la pauvrete ». Je pense a rachel et a ses enfants, en regrettant que ses amis n’est pas pu parer a l’urgence, mais en disqualifiant totalement ces Pretendus responsables indignent de ce dire RepublicainS Irlandais. Cordialement Alain Monier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s