Récit de l’arrestation de Martin Og Meehan

Voici un témoignage intéressant qui montre ce que les  républicains nomment la « collusion » – entre les escadrons de la mort loyalistes et l’Etat britannique. Martin est un membre de l’organisation Republican Network for Unity, il a été soumis à la brutalité policière et au chantage le plus odieux par les forces d’occupation britanniques. En ce moment, les flics mettent une très lourde pression sur les républicains et accumulent saloperies sur saloperies. Martin Og Meehan, reçois nos salutations les plus solidaires.

COLLUSION IS NOT AN ILLUSION

A Chara,

Le lundi 21 janvier dans l’après-midi, ma sœur, ma nièce et moi passions en voiture par la Route d’Antrim à Belfast, lorsque je remarquai un ami qui était en train de se faire interroger par des policiers sur le trottoir. Il est fréquemment harcelé par la police britannique. Par conséquent, je gare ma voiture et je fais quelques pas dans sa direction pour aller voir s’il allait bien.

On m’informa alors que le RUC non-réformé allait saisir son véhicule sous prétexte que celui-ci n’aurait pas d’assurance à jour. La personne en question exerce légalement le métier de taxi, et cela depuis de nombreuses années. Il est donc facile de comprendre que les flics avaient l’intention de l’empêcher de travailler ce jour-là.

Quelques secondes plus tard, deux membres lourdement armés du RUC/PSNI m’encerclèrent de façon hostile et exigèrent d’exercer sur ma personne une fouille en vertu de la « législation anti-terroriste ». A ce moment, mon ami était en train de passer un coup de fil avec son portable à sa compagnie d’assurance. Il m’assurait qu’il allait bien, je retournai donc à ma voiture où un troisième flic était en train d’interroger ma sœur.

Je m’installai à mon siège de conducteur et j’allai refermer la portière lorsqu’une menotte fut soudain passée autour de mon poignet, et on me tira le bras. On m’intima l’ordre de quitter le véhicule parce que j’étais en état d’arrestation, pour outrage à agent et rébellion.

Une fois sorti de la voiture, ils me menottèrent entièrement et commencèrent à me donner force coups de pieds dans les jambes et m’ordonnèrent de me coucher au sol. Un deuxième membre du RUC/PSNI me donna des coups de poing et m’étrangla plusieurs fois. Lorsque je finis pas tomber à terre, ils me firent monter dans leur Land Rover blindée, qui était garée pas loin. Pendant que trois flics me portaient vers la jeep, un autre continuait à me donner des coups de poing à la poitrine.

Ils me mirent aussi des entraves aux jambes bien que je protestasse en leur faisant savoir que j’avais des problèmes cardiaques. Ma sœur et ma nièce étaient là dehors qui leur disaient la même chose. Je leur demandai alors une assistance médicale, parce qu’à ce moment je ressentai des difficultés à respirer.

Pour finir, une ambulance est arrivée et à commencer à me prodiguer des soins, ils demandèrent mon transfert immédiat à l’hôpital. Toutefois, ces requêtes furent refusées par le RUC/PSNI, et ils m’emmenèrent à la caserne d’Antrim Road à Belfast. On me prit mes empreintes digitales et on me photographia. Je fut amené à une « chambre d’interrogatoire », où deux agents de la Special Branch [police politique, équivalent de la DCRI en France] m’attendaient. Ces espions me « notifièrent » qu’un gang de tueurs loyalistes suivaient attentivement mes allers et venues depuis un certain temps.

Les agents de renseignement britanniques enchaînèrent en me disant qu’ils pourraient faire cesser cette chasse à l’homme si je les « aidais » à mettre en prison trois républicains de Belfast, qu’ils nommèrent devant moi. Ils me dirent aussi que je recevrais une « récompense financière substantielle » si je voulais bien « coopérer ». Si tel n’était pas le cas, ils m’ont dit qu’ils donneraient à ce gang les informations qu’ils avaient sur moi. Quand ils furent partis, je demandai au flic du bureau de l’accueil qui étaient ces gens et qui les avait autorisé à me parler, mais ma demande fut ignorée.

Ce développement perturbant mes en lumière une fois de plus les tactiques sordides employées par les forces de la couronne britannique pour envoyer vers la prison et la mort les républicains irlandais.

Is Mise,
Martin Og Meehan
Republican Network for Unity
(RNU)

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles du front, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s